Corrigé Français - Bac L Washington 2016

Corrigé Français - Bac L Washington 2016

Nous vous proposons le corrigé de Français du Bac L de Washington 2016.

Notre professeur de français a tout d'abord répondu à la question de corpus avant de rédiger les trois travaux d'écriture au choix parmi le commentaire de texte de Cyrano de Bergerac, la dissertation sur "Comment la littérature ameÌ€ne-t-elle le lecteur à faire évoluer sa vision du monde ?" et l'écriture d'invention en lien avec le texte de Michel Tournier.

Téléchargez gratuitement ci-dessous le sujet corrgié de Français du Bac L de Washington 2016 !
Consultez le sujet de l'épreuve anticipée de Français du Bac L de Washington 2016

Corrigé Français - Bac L Washington 2016

Quiz de Français :

Quelle métaphore surréaliste célèbre Eluard a-t-il écrite ?

  • A.La terre est bleue comme une orange
  • B.La terre est orange comme une planète
  • C.La terre est ronde comme une orange
  • D.La terre est bleue comme une ciel
Répondre aux 10 questions Voir tous les Quiz de Français

Le contenu du document

 

QUESTION DE CORPUS

Quels choix ont fait les quatre auteurs dans les textes du corpus pour amener le lecteur à réfléchir sur lui-même et sur son monde ?

Dans les quatre textes qui nous sont proposés, les auteurs ont fait le choix de créer une confrontation, entre l'homme occidental et une entité représentant l'altérité, afin d'amener le lecteur à réfléchir sur lui-même et sur son monde. Ainsi, le personnage incarnant la différence, le mode de vie différent, peut souligner plus pertinemment les dysfonctionnements que présente notre société.

Certains des textes du corpus font appel à la métaphore fantastique, afin de mettre en place cette altérité qui apporte un regard critique sur notre monde : c'est le cas du texte de Cyrano de Bergerac (texte B), qui décrit le fonctionnement politique du royaume des oiseaux de la lune, et c'est également le cas du texte de Voltaire (texte C), extrait du conte philosophique Micromégas, dans lequel l'auteur présente la réaction d'un extraterrestre face aux guerres terriennes.

Les deux autres textes ont recours à l'exemple pour présenter l'altérité, la diversité des points de vue présentée au lecteur lui permettant de réfléchir sur lui-même et son monde : c'est le cas de l'extrait des Essais de Montaigne, dans lequel l'auteur raconte la venue en France de trois amérindiens et leurs réactions (texte A), et c'est aussi le cas de l'extrait de Vendredi ou la vie sauvage, de Michel Tournier (texte D), dans lequel le personnage de Robinson, incarnation de la civilisation occidentale, apprend de l'Indien Vendredi à faire un autre usage de la poudre.

 

TRAVAUX D'ÉCRITURE

COMMENTAIRE

Vous commenterez le texte B (Cyrano de Bergerac).

Introduction

 La période humaniste voit l'avènement du sous-genre de l'utopie, après la publication de l'ouvrage éponyme de Thomas More. Dans L'Autre Monde ou Histoire comique des Etats et Empires de la lune, Cyrano de Bergerac crée un conte fantastique, prétexte à une satire de son temps. Le passage qui nous occupe, dans lequel le narrateur décrit le système politique du monde des oiseaux vivant sur le Soleil, en reconstituant une conversation qu'il a eue avec la pie, relève de l'utopie : en décrivant un monde en opposition à celui des humains, la pie décrit une société idéale.

Comment ce texte élabore-t-il la description d'une société idéale, à travers la conception d'une altérité ?

Dans une logique argumentative, ce texte propose un modèle pour notre société. En effet, si l'ordre politique des oiseaux est construit en opposition à celui des hommes, il représente le modèle d'une société idéale.

I. Parler d'oiseaux, pour convaincre des humains

A. Un récit argumentatif

Le texte adopte la forme d'un récit à visée argumentative. Il rappelle le conte (notamment le conte philosophique), dont il présente certaines caractéristiques (récit enchâssé, métaphores animalières).

Cependant, le texte est aussi construit comme un récit de voyage : usage répété de la première personne du singulier, description de paysages et de moeurs inconnus, restitution du discours de la pie au discours direct...

Le discours de la pie a les caractéristiques du discours argumentatif : progression narrative, marque du jugement, dimension didactique du texte (alternance des pronoms de première et deuxième personne : la pie montre l'exemple de sa société à l'humain, dont elle juge la société médiocre)

B. La description d'un monde fantastique

Cette argumentation politique de la pie a pourtant lieu dans un monde fantastique, fort éloigné de celui des hommes.

L’univers du soleil, le monde des oiseaux, représenté par le champ lexical des oiseaux (aigle, pie, patte, arbre, colombe, moineau, etc).

Ce choix d'un monde fantastique, très éloigné de celui dans lequel vivait l'auteur, a probablement été fait pour échapper à la censure, mais aussi en raison des qualités didactiques et argumentatives de la forme de l'apologue.

C. Des oiseaux humanoïdes, pour représenter le comportement idéal de l'homme

En effet, bien que ces oiseaux soient éloignés de l'homme, ils ont pour fonction de le représenter.

Ils font l'objet d'une personnification : la pie parle, l'aigle s'assoit (l. 2), la pie retient le narrateur d'un geste (l. 3 et 4), ils ont un système politique, etc.

"Les pieds et les ailes liés", à la ligne 19, est une référence comique à l'expression "pieds et poings liés".

Par ailleurs, les oiseaux sont dotés de sentiments, comme le montre la présence d'un champ lexical de la tristesse : "mélancolique" l. 28, "triste" l. 29, "tristesse" l. 33, "lugubres" et "tragiques" lignes 31, etc.

Les oiseaux sont à la fois très différents et très similaires aux hommes ; ils sont des personnages pouvant amener le lecteur à réfléchir sur son monde. Or, le monde des oiseaux est construit en opposition à celui des hommes.

 

II. L'ordre politique des oiseaux est construit en opposition à celui des hommes

A. La comparaison constante des deux sociétés

La société des oiseaux et celle des hommes sont constamment opposées, par de nombreux procédés :

– Opposition entre les pronoms personnels de la première et de la deuxième personne (nous et vous) dans les premier et deuxième paragraphes

– Parallélisme de construction entre la ligne 6/7 ("aux plus grands, aux plus forts et aux plus cruels de vos compagnons) et la ligne 10 ("le plus faible, le plus doux et le plus pacifique"), construit sur une énumération ternaire d'adjectifs dans les deux cas, et le même usage de superlatifs. L'opposition des deux mondes est matérialisée par l'usage d'antithèses (grands/faibles ; forts/doux ; cruels/pacifiques)

– La pie distingue bien les deux mondes : "notre politique est bien autre" l. 9 ; de plus, elle parle au nom de tout son peuple ("nous"), et s'adresse au peuple entier des humains, et non seulement au narrateur ("vous").

B. Le jugement des oiseaux envers les humains

La pie oppose son monde à celui des hommes pour critiquer le monde humain.

– Jugements de valeur : "sottement" l. 7,

– Considération sur l'anthropocentrisme des hommes, le fait qu'ils ne considèrent pas d'autre système que le leur propre ("vous (...) avez sottement cru, jugeant de toutes choses par vous, que l'aigle nous devait commander") ; et sur la guerre chez les humains ("nous voulons qu'il soit d'une humeur pacifique, pour éviter la guerre, le canal de toutes les injustices" : apposition d'une métaphore, périphrase péjorative pour décrire le phénomène guerrier)

– Critique de la conception du pouvoir, parallélisme entre "vous laissez commander" à la ligne 6 et "nous devait commander" à la ligne 8.

– Champ lexical de la subjectivité, concernant les hommes : "imagination", "cru", "pensiez" – en opposition à son savoir

C. L'inversion des modèles humains... jusqu'au paradoxe

Les oiseaux, qui méprisent les humains, se targuent d'un système politique entièrement différent, allant même jusqu'au paradoxe ou au pléonasme

– Parallélisme de construction et antithèse, lignes 6 et 7 et ligne 10

– Chez les oiseaux, le roi, sur lequel repose le pouvoir, est faible : c'est un paradoxe, qui constitue presque un oxymore par moments : "nos rois sont fort doux" l. 34 ; par ailleurs, le roi des oiseaux est choisi, ce qui rentre en contradiction avec la définition même de "roi". La description en détails de la peine de mort, dans une société décrite comme égalitaire, est également paradoxale.

– Pléonasme : la "mort triste"

 

III. L'ordre politique des oiseaux est celui d'une société idéale

A. La démocratie absolue

Contrastant avec le système de monarchie absolue dans lequel vivait Cyrano de Bergerac, l'auteur décrit ici un système de démocratie absolue.

– Les oiseaux choisissent le roi : deuxième paragraphe, multiplication du pronom personnel "nous", qui représente les oiseaux, des verbes de choix ("choisissons", "changeons", "prenons", "voulons"). Les adjectifs qui suivent ces verbes ("faible", "doux", "pacifique"), font écho à ceux de l'énumération de la ligne 10.

– Les oiseaux changent régulièrement de roi : "tous les six mois" ligne 10

– Le parti prix du pacifisme : ce roi doit être absolument pacifique, chiasme des lignes 12 et 13 : "afin qu'il ne haïsse ni ne se fasse haïr de personne", ici la répétition de haïr en négation, et la structure close de la proposition, suggèrent la paix, le calme.

B. Une vie politique particulière

– La vie politique est décrite dans ses moindres détails : "[le roi] tient les Etats" de manière hebdomadaire ("chaque semaine" – précision temporelle) et toujours au même endroit ("au sommet d'un grand if au bord d'un étang" – précision spatiale)

– Le roi, choisi (non élu, non désigné) est un innocent : "on eut toutes les peines du monde à lui faire comprendre ce qu'était qu'inimité" (l. 38) – notez ici l'hyperbole et la remarque caractéristique de l'utopie

– Pourtant, il vit sous la menace constante de son peuple, afin d'exercer au mieux : il fait une assemblée hebdomadaire devant tout son peuple, et l'avis d'un seul de ses sujets suffit à le faire condamner à mort. Champ lexical de la communauté et de l'exception : "il" et "tout le monde" ligne 15, "seulement trois oiseaux" (ligne 16), "tous les oiseaux" (ligne 19), "si quelqu'un d'eux" (ligne 20).

– Le monarque exerce donc, dans une soumission symbolique à son peuple : "pieds et ailes liés". A travers cette image à connotation humoristique, Cyrano de Bergerac exprime l'idéal du gouvernant : entièrement dédié et soumis à son peuple.

C. L'usage raisonné, et raisonnable, de la peine de mort

Pour cela, la peine de mort est légale, et encouragée, dans la mesure où elle permet aux sujets de mieux se comporter.

– Le régicide est possible ; mais si celui-ci n'est pas justifiable, le coupable est à son tour puni de peine de mort : la peine de mort est donc double

– Les modalités d'exécution sont cependant différentes

– Notez le champ lexical de la mort et celui du crime entremêlé, de la ligne 20 à la ligne 32

– L'exécution devant être une décision raisonnable, elle est très peu pratiquée : "un tel spectacle n'arrive guère" l. 34

Conclusion

Ainsi, la fable fantastique qu'écrit Cyrano de Bergerac présente les caractéristiques de l'apologue. Récit à visée didactique, il s'appuie sur la description d'une société autre que la nôtre, voire absolument opposée, celle des oiseaux, pour critiquer la société qui lui est contemporaine, et enfin suggérer une société utopique qui pourrait être la nôtre.

 

DISSERTATION

Comment la littérature amène-t-elle le lecteur à faire évoluer sa vision du monde ? Vous appuierez votre développement sur les textes du corpus et les textes étudiés pendant l'année, ainsi que sur vos lectures personnelles.

I. La littérature ouvre les yeux du lecteur sur le monde...

La littérature permet au lecteur de faire évoluer sa vision du monde, en ce qu'il change la perception du lecteur. Effectivement, la littérature permet au lecteur de voir le monde différemment, de percevoir des éléments qu'il n'avait jamais considérés.

A. Se découvrir autrement, à travers la littérature

Découverte ontologique de soi-même, autrement, à travers la littérature.

Exemple : Textes philosophiques, en particulier pratique de la maïeutique par Socrate dans les textes de Platon

Exemple : Appréhension de l'inconscient dans les textes surréalistes

B. Découvrir l'altérité, à travers la littérature

La littérature permet de découvrir l'altérité, d'entrer en contact avec des personnalités qu'il ne nous aurait jamais été donné de connaître.

Exemple : ce rapport à la littérature est illustré dans le roman jeunesse la Bibliothécaire, de Gudule. Les personnages rentrent dans les livres, et y rencontrent par exemple le personnage de Gavroche, venu des Misérables de Victor Hugo.

C. Découvrir la diversité du monde à travers la littérature

La littérature permet de découvrir le monde dans son ensemble, et la diversité des cultures et des altérités qui le peuplent. C'est le cas notamment de la tradition du récit du voyage.

Exemples : Voyage autour du monde de Bougainville, par exemple le passage sur la découverte de Tahiti ; ou l'Usage du monde de Nicolas Bouvier

II. ...Mais la littérature fait comprendre un point de vue particulier sur le monde...

Mais la littérature ne se contente pas de changer la perception du monde du lecteur : en faisant cela, elle change aussi sa conception du monde. Ainsi, elle vise à faire évoluer son point de vue, son regard sur le monde.

A. Les récits de voyage et l'ouverture à l'autre : exemple de récit argumentatif

Ainsi, les récits de voyage ne se contentent pas de donner à voir de l'inconnu au lecteur : ils veulent aussi élargir sa pensée en la confrontant à l'altérité.

Exemples : Micromégas de Voltaire (texte C du corpus) ; l'Histoire comique des Etats et Empires du Soleil de Cyrano de Bergerac (texte B du corpus)

N.B. C'est aussi le cas de certains romans, qui font le récit d'une forme de voyage. Exemple : Vendredi ou les limbes du Pacifique, de Michel Tournier (texte D du corpus)

Ces récits mettent donc à profit l'exemple et la métaphore pour faire évoluer la vision du monde du lecteur (dans le cas des exemples cités ci-dessus, ils font évoluer la vision du monde du lecteur en lui faisant prendre conscience du relativisme culturel).

B. L'essai : attaquer la conception du monde du lecteur

L'essai, en revanche, attaque directement la conception du monde du lecteur, pour la faire évoluer. Il met à profit les figures de style de l'argumentation (hyperboles, parallélisme, questions rhétoriques...) ; et ses registres (ironie)

Exemple : texte A du corpus, les Essais de Montaigne, "Des cannibales"

Exemple 2 : autres textes d'argumentation humanistes, comme le Discours de la servitude

volontaire de La Boétie, ou l'Eloge de la folie d'Erasme

III. ... Et la littérature demande au lecteur d'agir selon cette nouvelle vision du monde

Au-delà de la modification de la conception du monde qu'elle propose au lecteur, la littérature l'invite également à changer son comportement au monde, à acter les principes qu'elle lui soumet.

A. Exhorter le lecteur à l'action

Certains textes engagent le lecteur à dépasser sa vision du monde, et à changer le monde en y prenant part. C'est le cas notamment de la poésie engagée, par exemple pendant la seconde guerre mondiale (Eluard, Desnos...)

B. L'exemple de l'auteur à travers son texte

Dans certains textes argumentatifs, l'auteur, parlant en son nom, s'engage, personnellement, à suivre les principes qu'il juge être bons.

Exemple : le Manifeste du surréalisme d'André Breton (1924)

Dans certains cas, cet engagement met l'auteur dans une position risquée au regard de la loi.

Exemple : "J'accuse" de Victor Hugo.

Pourtant, l'engagement de l'auteur à travers son texte est un argument de poids pour le lecteur, lui donnant l'exemple de la mise en action des principes moraux.

Conclusion

Ainsi, la littérature amène le lecteur à élargir sa manière de voir le monde et les hommes, en l'invitant à les considérer différemment. Mais au-delà du changement de perception du monde, la vision du lecteur évolue également dans la mesure où les auteurs lui proposent une nouvvelle conception, une nouvelle compréhension de ce monde ; dans le but de changer le comportement des lecteurs, d'avoir un impact sur le monde à travers eux.

 

ECRITURE D'INVENTION

Imaginez que Robinson, depuis son naufrage, tient un journal, sorte de carnet de bord où il consigne les événements marquants qui se produisent sur l'île, ses réflexions, ses états d'âme... Vous rédigerez les pages de ce journl intime qui correspondraient à différents moments de découverte et de partage tels que celui évoqué dans le texte de Michel Tournier (texte D). Vous enrichirez cette évocation par une réflexion autour des éléments importants de l'existence humaine.

Pour réussir le sujet d'écriture d'invention, il fallait :

– Respecter la forme du journal intime, ainsi que le ton qu'aurait pu adopter le personnage de Robinson

– Choisir de décrire des "moments de découverte et de partage" pertinents, mettant en scène des échanges entre Robinson et l'Indien Vendredi. Il fallait donc penser à ce que la civilisation de Vendredi pouvait bien avoir à apprendre à l'homme occidental qu'est Robinson : rapport au travail, rapport aux animaux...

– Inclure votre "réflexion autour des éléments importants de l'existence humaine" dans votre narration

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Les avis sur ce document

tgdg
20/20

"J'accuse" de Victor Hugo...!? Bravo à la personne qui a fait cette correction

par - le 14/06/2016

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac L le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Chaque semaine recevez des conseils de révisions de la part de votre
coach bac !

Recevoir

Nos infos récentes du Bac L

Communauté au top !

Révise ton BAC
Contenus en illimité

Inscription gratuite

Accès gratuit pour préparer le bac !

Vous devez être membre de digiSchool bac L

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?