Les personnages au théâtre - Français - Terminale L

Les personnages au théâtre - Français - Terminale L

Digischool bac L met à votre disposition un cours de Français de Bac L sur les personnages au théâtre rédigé exclusivement pour vous par notre professeur de français.

Dans ce cours de Français de bac L, vous étudierez l'évolution des personnages au théâtre de l'antiquité à nos jours ainsi que les caractéristiques des personnages au théâtre (personnages types, les sortes de personnages, ...). Enfin, vous étudierez les relations qu'ont les personnages entre eux et les intentions de l'auteur face au public.

Téléchargez gratuitement ci-dessous ce cours de Français sur les personnages au théâtre de première L.

Les personnages au théâtre - Français - Terminale L

Le contenu du document

 

Présentation : Si le théâtre peut exister de façon autonome c’est-à-dire en tant que texte, en tant qu’œuvre littéraire (on se souvent de Musset et de sa volonté d’écrire des pièces réservées aux lecteurs et non destinées à la scène avec son ouvrage Théâtre dans un fauteuil), il a besoin de personnages pour exister en représentation. Ainsi pour étudier une pièce de théâtre, il faut étudier les personnages et les rapports qui se tissent entre eux. Mais avant d’étudier le personnage selon ses relations, attardons-nous sur l’évolution de ce dernier à travers l’histoire du théâtre.

I. L’EVOLUTION DU PERSONNAGE DE L’ANTIQUITE A NOS JOURS

Le personnage de théâtre est né pendant l’antiquité. Durant les processions consacrées au dieu Dionysos, où on mêlait chants et musique, des personnages se détachaient pour prendre la parole et improvisaient des répliques. Dans le théâtre antique, seuls les hommes pouvaient jouer. Ils portaient des costumes, des masques et des chaussures à haute semelle (des cothurnes). Les personnages représentent de grandes puissances éternelles avec des pouvoirs magiques mais capables de sentiments humains.  

Au moyen-âge, le théâtre est encore imbibé de religion mais glisse progressivement vers un théâtre profane, un théâtre de rue (les farces) qui est alors très mal vu par l’Eglise. Les personnages sont caricaturaux, outranciers.

Puis vient une période charnière entre le moyen-âge et la période classique : la comedia del arte (née au début du 16ème siècle) qui se traduit par « comédie jouée par des gens de l’art » c’est-à-dire des professionnels. Les acteurs sont masqués et improvisent. 

Au XVIIème siècle, avec le théâtre classique, le personnage devient plus réaliste, est nourri de psychologie mais son nom et son histoire sont toujours empruntés aux héros de l’antiquité. Il reste donc hors du commun mais doit paraître vraisemblables aux yeux du public afin qu’il y ait processus d’identification. Dans la deuxième moitié du 17ème, se développe la comédie dont le grand représentant est Molière. Ce dernier crée des comédies de caractère et s’amuse à grossir les traits de ses personnages.

Au XVIIIème siècle, les règles de création des personnages sont bouleversées. Un auteur comme Diderot, par exemple, refuse de distinguer tragédie et comédie. Maintenant les personnages sont des modèles issus de la vie réelle. La scène devient un miroir pour le public. 

A la fin du XIXème et début du XXème siècle, avec l’influence de la psychanalyse, les personnages ont une épaisseur psychologique croissante. Le processus d’identification entre le public et les personnages se développe.

Au XXème siècle, une nouvelle évolution des personnages se voit sur scène et à travers eux les lois de la figuration réaliste sont remises en question. En effet, après deux guerres mondiales, on traverse une période de crise. Le fonctionnement humain apparait comme absurde. D’ailleurs le théâtre de cette période porte le nom de théâtre de l’absurde. Maintenant les personnages n’ont plus de nom, plus d’identité, plus de passé et perdent même parfois la cohérence de leur langage. Il s’agit ici d’amener le public à une introspection. On ne s’identifie plus grâce aux caractéristiques d’un personnage et on est obligé, face au néant, d’aller chercher en soi des vérités. 

Voilà pour ce petit résumé sur l’évolution du personnage au théâtre. 

Réflexion

Avant d’aller plus loin, une question : avez-vous ressenti à travers cet historique du personnage l’évolution du processus d’identification entre lui et le public ? La question de l’identification, de l’effet miroir entre le public et les personnages est récurrente aux examens… 

II. LES CARACTERISTIQUES DES PERSONNAGES AU THEATRE 

On l’a vu, les personnages au théâtre ont évolué à travers les siècles. Mais il existe des personnages récurrents au théâtre, selon leur caractère, selon leur statut, selon, aussi, l’époque où ils sont nés…

1. LES SORTES DE PERSONNAGES AU THEATRE

Parmi les différents personnages au théâtre, on trouve le protagoniste, c’est-à-dire le personnage principal. Généralement au théâtre il n’y a qu’un protagoniste. Tous les autres personnages sont appelés « personnages secondaires ». Leur importance dans le déroulement de l’histoire, de l’intrigue, varie sensiblement. 

Parmi les figures des personnages secondaires dans le théâtre traditionnel, on trouve :

Le confident (très présent dans le théâtre classique) : il écoute le personnage principal et lui vient en aide. 

Viennent ensuite les figurants : ils ont les rôles les moins importants et souvent sont là pour occuper la scène.

2. LES PERSONNAGES TYPES

Parmi les personnages types, on trouve :

Les stéréotypes : ces personnages ont les traits grossis, schématisés, simplifiés. Les spectateurs les reconnaissent facilement et savent de quoi s’attendre quant à leurs fonctionnements. Ainsi on retrouve des personnages récurrents dans le théâtre classique comme le vieillard méchant, acariâtre, le valet rusé, malin, bien plus intelligent que ne le laisse entendre sa condition ou encore le héros romantique, sublime, forcément tourmenté…

Les personnages mythiques :  ce sont des héros issus de la mythologie grecque et latine et qui portent en eux tout un passé connu du spectateur. On peut prendre comme exemple Don Juan. 

Les personnages individualisés. Ce sont ceux qui sont les plus réalistes, ceux qui possèdent leur caractère propre. Autonomes, ils sont dénués de stéréotypes. Le spectateur les découvre, les devine pendant le déroulement de l’intrigue. Ce sont les personnages souvent les plus intéressants, les plus riches, les plus ambigus. Bref, les plus humains et donc les plus semblables à ce que nous sommes. 

Enfin, il y a les personnages du nouveau théâtre, ceux qui ont pris naissance au XXème siècle. Comme nous l’avons précédemment, l’auteur les a vidés de leur individualité, de leur caractère propre. Ils décontenancent, ils amènent le public à s’interroger… 

III. LES PERSONNAGES ET LEURS RELATIONS

La vie n’est faite que de relations. La vie n’est que relations. Aussi il est primordial pour comprendre une œuvre théâtrale, pour analyser un extrait, d’étudier les personnages selon leurs relations.

Dans le théâtre, du moins celui qu’on qualifiera de traditionnel, les personnages sont envisagés selon leurs relations. Ce peut être des relations familiales, sociétales, sociales et bien sûr sentimentales et affectives. 

Mais dans la relation, il y a également la notion de hiérarchie. C’est pourquoi on trouve souvent au théâtre le figure du couple dominant/dominé. Une relation hiérarchisée illustrée par le maître et son valet, les parents et l’enfant, le frère et la sœur ou encore le mari et son épouse…. Comprendre les rapports hiérarchiques entre les personnages permet d’appréhender la dynamique de l’intrigue.

Connaissez-vous le schéma actantiel ?

Le schéma actantiel réunit tous les rôle (on dira ici « les actants ») et les relations que ces mêmes actants établissent entre eux. Ainsi, dans un schéma traditionnel, on a un protagoniste (personnage principal) qui est en quête de quelque chose. Tout ce qui va intervenir dans l’intrigue, que ce soit des évènements, des personnages etc., est nommé adjuvant quand l’intervention est bénéfique par rapport à la quête du héros et opposant quand, au contraire, l’intervention est négative.

On voit bien ici que les personnages et leurs relations entre eux permettent d’analyser et de comprendre l’ensemble d’une pièce de théâtre.

IV. LES INTENTIONS DE L’AUTEUR FACE AU PUBLIC

Pourquoi telles caractéristiques chez tel personnage ? Pourquoi telle relation avec telle autre personnage ? Quand on est face à un personnage de théâtre, quand on est amené à comprendre une pièce, à analyser un extrait, il faut se demander ce qu’a voulu faire l’auteur, ce qu’il a voulu provoquer chez son public. A-t-il voulu susciter l’attirance, le rejet du spectateur en le confrontant à tel personnage ? Les personnages au théâtre ont pour fonction essentiel d’offrir un miroir au public et ainsi l’amener dans un processus de « connaissance de soi ». Une question aux examens a été formulée ainsi : « Les personnages de théâtre nous invitent-ils à les regarder ou à nous regarder ? Vous devriez maintenant avoir la réponse…

A lire également : la double énonciation ou quand le personnage s’adresse également au public.

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac L le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac L

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac L

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?