La Chine et le monde depuis 1949 - Histoire Géographie - Terminale L

La Chine et le monde depuis 1949 - Histoire Géographie - Terminale L

Consultez gratuitement cette fiche de cours d'Histoire Géographie de Terminale, rédigée par notre professeur, sur le chapitre "La Chine et le monde depuis 1949".

Cette fiche présente le deuxième chapitre du thème 2 Grandes puissances et conflits dans le monde depuis 1945. L'objectif est de vérifier si la Chine est une grande puissance. La chronologie commence à la création de la République Populaire de Chine et s'étend jusqu'à nos jours.

Téléchargez gratuitement ce cours d'Histoire Géographie niveau Terminale L ci-dessous sur la Chine et le monde depuis 1949 !

La Chine et le monde depuis 1949 - Histoire Géographie - Terminale L

Le contenu du document

Cette fiche présente le deuxième chapitre du thème 2 Grandes puissances et conflits dans le monde depuis 1945. L'objectif est de vérifier si la Chine est une grande puissance. La chronologie commence à la création de la République Populaire de Chine et s'étend jusqu'à nos jours. 

PRÉREQUIS

L'histoire de la Chine a été peu étudiée par les élèves pendant leur scolarité. Vous connaissez peut-être quelques éléments, en fonction des chapitres étudiés auparavant :

  • Celui sur la Guerre Froide. En effet, la Chine, au début du conflit, s'est alliée à l'URSS avant de se rapprocher des États-Unis
  • Celui sur la décolonisation. La Chine a joué un grand rôle pendant la conférence de Bandung en 1955 et dans la création du mouvement des non-alignés.

OBJECTIFS

Après la lecture de cette fiche, il faut avoir en tête que la Chine est une puissance en devenir :

  • Sous Mao, la Chine est un État communiste qui tente d'avoir une influence sur la scène internationale : après avoir été alliée à l'URSS, la RPC est reconnue par les États européens et obtient un siège permanent au Conseil de sécurité de l'ONU. Cependant, sa puissance économique est faible ;
  • Sa puissance économique se développe avec l'arrivée de Deng Xiaoping au pouvoir, qui met en place des réformes économiques, permettant au pays de s'ouvrir aux investissements étrangers.
  • De nos jours, la Chine est la deuxième puissance économique du monde. Cependant, il s'agit d'une puissance incomplète.

Les notions suivantes sont à maîtriser : maoïsme, Grand bond en avant, Khmers Rouges, Révolution Culturelle, ZES, socialisme de marché.

Les repères suivants sont à maîtriser : 1949 : création de la République Populaire de Chine ; 1971 : la Chine, membre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU ; 1972 : Nixon, premier président des États-Unis à se rendre en Chine ; 1978 : mise en place de réformes économiques en Chine ; 1989 : massacre de Tian'anmen ; 2001 : la Chine intègre l'OMC ; 2010 : la Chine, deuxième puissance économique mondiale.

Les personnages suivants sont à maîtriser : Mao Zedong, Deng Xiaoping, Xi Jinping

Introduction

La première moitié du XXe siècle est placée sous le signe de la dépendance de la Chine vis-à-vis des puissances étrangères (Européens, Américains et Japonais). Cette situation issue du XIXe siècle n’est cependant plus acceptée par les Chinois : après la Première Guerre mondiale, deux partis politiques se développent et s'opposent lors d'une guerre civile à partir de 1927 : le parti nationaliste du Guomindang, dirigé par Tchang Kaï-Chek, et le parti communiste chinois créé en 1921, dominé par Mao Zedong. La Seconde Guerre mondiale introduit une pause dans cette opposition violente, puisque le pays est occupé par le Japon à partir de 1931. 

Dès 1941, la Chine rejoint les Alliés et bénéficie de l'aide étrangère dans sa lutte. A la fin de la Seconde Guerre mondiale, en 1945, elle devient l'un des 5 membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU. Cependant, la guerre civile reprend après 1945 pour se terminer par la victoire du parti communiste en 1949. A cette époque, la Chine n'est pas encore une puissance ; cependant, de nos jours, elle est considérée comme une des plus grandes puissances économiques mondiales.

Problématiques :

  • Comment la Chine, qui souffrait d’un retard de développement au milieu du XXe siècle, est-elle devenue la deuxième puissance économique mondiale ?
  • Comment la politique de Mao et de ses successeurs a-t-elle transformé la société chinoise et son rapport au monde ?

I. LA CHINE : UN ÉTAT COMMUNISTE EN QUÊTE DE PUISSANCE (1949 – ANNÉES 1960)

A. La République populaire de Chine, un État communiste d’abord associé à l’URSS

En 1949, les communistes forcent les nationalistes à se replier sur l’île de Taïwan. Ces derniers conservent le siège de sécurité de l’ONU. Le leader du Parti Communiste Chinois, Mao Zedong, proclame la création de la République Populaire de Chine (RPC) le 1er octobre 1949.

PERSONNAGE : Mao ZEDONG. Mao Zedong (1893-1976) est le leader du Parti Communiste Chinois, fondé en 1921. Il dirige la République Populaire de Chine de sa fondation, en 1949, à sa mort.

REPÈRES : Naissance de la République Populaire de Chine. En 1949, Mao Zedong proclame la création de la République Populaire de Chine (RPC).

 

d75d52e7-401f-423c-ba4c-63fc936ef157_w608h450

La République populaire de Chine (RPC) met en place un régime communiste, sur le modèle de l'URSS, et s'allie avec lui, dans le cadre de la Guerre Froide. Il utilise certains instruments du régime de Staline, comme le culte de la personnalité ou la fin du pluralisme politique. Un traité d'alliance, d'amitié et de secours mutuel est signé en 1950, permettant le développement d'une aide militaire en cas d'agression du Japon ou de ses alliés ainsi qu'une aide économique. 

Ainsi, l'URSS envoie 10 000 experts scientifiques dans les années 1950, permettant à la Chine de mettre au point la bombe atomique en 1964.

De plus, la Chine raffermit sa souveraineté sur son territoire en abolissant les traités inégaux et en annexant le Tibet dès 1950. Elle soutient également l'URSS lors de conflits pendant la Guerre Froide : c'est le cas notamment pendant la guerre de Corée (1950-1953). Elle aide la Corée du Nord, envoyant de nombreux militaires.

 

B. La Chine, l’autre modèle communiste après la rupture avec l’URSS

Suite à la déstalinisation en URSS, après la mort de Staline, Mao Zedong décide de prendre ses distances avec Moscou. En effet, il n'apprécie que modérément Khrouchtchev, nouveau dirigeant soviétique, qui dénonce le stalinisme et entame une coexistence pacifique avec les Américains, peu appréciée par les Chinois. La Chine de Mao s’oriente donc vers son propre modèle politique, le maoïsme, qui apparaît comme une voie alternative face au capitalisme et au socialisme soviétique.

DÉFINITION : Maoïsme. Le maoïsme est un modèle politique de la Chine, se rapprochant du marxisme-léninisme.

Il s’appuie sur le secteur agricole (contrairement à l'URSS qui s'appuyait sur la classe ouvrière). La politique économique du pays change également : Mao met en place le Grand Bond en avant (1958-1960). Il s'agit d'une campagne d'industrialisation du pays, afin de rechercher l'autosuffisance, mettant également fin à la propriété privée. Cependant, cette campagne ne porte pas ses fruits : l’effondrement des productions agricoles aboutit à la mort de 16 à 20 millions de Chinois.

DÉFINITION : Grand Bond en avant. Le Grand Bond en avant est une campagne de grands travaux qui s’étend de 1958 à 1960 afin d’augmenter la production industrielle. 

 

II. LA CHINE OBTIENT UN POIDS GRANDISSANT DANS LES RELATIONS INTERNATIONALES (DES ANNÉES 1960 À 1976)

A. Une reconnaissance internationale progressive

Pour sortir de son isolement, la RPC se tourne progressivement vers l’Occident au milieu des années 1960. Ce rapprochement est mené par le premier ministre et ministre des affaires étrangères : Zhou Enlai. Ainsi, en 1964, la RPC est reconnue par la France du général de Gaulle, puis par d’autres États. Par ailleurs, la RPC entre officiellement à l’ONU en 1971 et prend la place de Taïwan pour le siège permanent du Conseil de sécurité malgré le vote « contre » des États-Unis. 

Cette entrée au conseil de sécurité confère à la Chine une place géopolitique importante et lui permet de s’affirmer en tant que puissance géopolitique nouvelle dans les relations internationales.

REPÈRES : La Chine au Conseil de sécurité. En 1971, la Chine intègre l’ONU en tant que membre permanent du Conseil de sécurité.

Enfin, les États-Unis et la Chine se rapprochent au début des années 1970 : après la diplomatie du ping-pong en 1971 (l'équipe de ping-pong des États-Unis est invitée à jouer en Chine), Nixon est le 1er président des États-Unis à se rendre à Pékin en février 1972.

REPÈRES : Nixon se rend en Chine. En 1972, Nixon est le premier président des États-Unis à se rendre en Chine : cela inaugure le début des relations avec les États-Unis. 

 

1e5bc943-f370-44ab-90ca-f433d492b1c7_w723h360

B. La Chine et les pays du Tiers-Monde

Présents à la conférence de Bandung en 1955, la Chine dénonce le colonialisme et accompagne la naissance du Tiers-monde. Elle se rallie après la conférence de Belgrade en 1961 au mouvement des non-alignés et promeut une « troisième voie ». La Chine de Mao condamne l’impérialisme des deux Grands et offre aux pays du Tiers-monde un modèle socialiste concurrent de celui de l’URSS.

DOCUMENT 3. Deng Xiaoping, Discours devant l’Assemblée générale de l’ONU, 10 avril 1974.

« Le monde d'aujourd'hui est en fait constitué de trois parties, ou trois mondes, qui sont à la fois reliés entre eux et en contradiction les uns avec les autres. Les États-Unis et l'Union soviétique constituent le Premier Monde. Les pays en développement d'Asie, d'Afrique, d'Amérique latine et d'autres régions constituent le Troisième Monde. Les pays développés entre les deux représentent le Deuxième monde. Les deux superpuissances, les États-Unis et l'Union soviétique cherchent en vain l'hégémonie mondiale. 

Chacun à sa manière, tente d'amener les pays en développement d'Asie, d'Afrique et d'Amérique latine sous son contrôle et, dans le même temps, tentent d'intimider les pays développés qui n'ont pas une puissance égale à la leur. […] La Chine est un pays socialiste et un pays en développement. La Chine appartient au Troisième Monde. Constamment en suivant les enseignements du président Mao, le gouvernement et le peuple chinois soutiennent fermement tous les peuples et les nations opprimés dans leur lutte pour gagner ou défendre l'indépendance nationale, ou développer l'économie nationale et combattre le colonialisme, l'impérialisme et l'hégémonisme. »   

Elle se présente comme un exemple pour des pays encore colonisés qui luttent pour leur indépendance ou pour de jeunes États qui viennent d’y accéder. Elle tente d'influencer les pays voisins, mais sans grand succès. La Chine est avant tout un acteur régional et les mouvements maoïstes restent marginaux, à l'exception de celui des Khmers rouges au Cambodge (1975-1979).

DÉFINITION : Khmers rouges. Les Khmers rouges sont des communistes maoïstes qui ont pris le pouvoir au Cambodge de 1975 à 1979, avec l’aide de la Chine.

 

C. Cependant, la Chine garde un poids marginal

Le poids de la Chine reste modeste à l’échelle mondiale car son ouverture économique et son niveau de développement demeurent très insuffisants. L'opposition d'une partie des dirigeants chinois détermine Mao à déclencher contre eux une répression : la Révolution culturelle (1966-1969). Il utilise la jeunesse chinoise, fanatisée, « les Gardes rouges », pour tuer les suspects. Par ailleurs, elle provoque de nombreux dommages dans la vie économique et la vie culturelle (destruction de temples, de livres, ...).

DÉFINITION : Révolution culturelle (1966-1969). La Révolution culturelle est une campagne de répression contre les opposants de Mao Zedong.  Elle aboutit à un renforcement du pouvoir de Mao, à la destruction de biens mais également à la mort de plusieurs milliers de Chinois.

 

III. LA CHINE DEVIENT UNE PUISSANCE ÉCONOMIQUE (1976-DE NOS JOURS)

A. La Chine entre dans la mondialisation

Après la mort de Mao en 1976, le réformateur Deng Xiaoping prend le pouvoir en 1978.

PERSONNAGE : Deng XIAOPING. Deng XIAOPING (1904-1997) est le successeur de Mao Zedong. Il dirige la RPC de 1978 à sa mort, en 1997. Il est à l’origine de l’ouverture économique de la Chine, qui lui a permis de s’intégrer à la mondialisation. 

25df219c-9c35-4f5d-84b0-3f0fde270958_w429h364

La Chine souffre alors de graves retards économiques et sociaux, notamment dans les zones rurales. Deng Xiaoping donne la priorité à la libéralisation économique, à l’agriculture et à l’industrie légère, mais écarte toute démocratisation du pays. Il lance la décollectivisation des terres et ouvre le pays à l'économie de marché. Ainsi, dès 1978, la Chine implante sur son littoral des Zones Économiques Spéciales (ZES) qui doivent attirer les investisseurs étrangers.

REPÈRE : Réformes économiques en Chine. En 1978, la Chine met en place des réformes économiques.

DÉFINITION : Zone Économique Spéciale (ZES). Les Zones Économiques Spéciales (ZES) sont des lieux qui bénéficient d’avantages spéciaux, comme une réduction des impôts ou de faibles droits de douane ; ces lieux sont donc attractifs pour les investisseurs étrangers.

Ces lieux bénéficient d'avantages spéciaux qui les rendent attractifs : après les villes littorales, le pays est ensuite ouvert entièrement aux investissements étrangers en 1992. Deng Xiaoping invente le concept de socialisme de marché afin de concilier l’idéologie du régime avec sa nouvelle politique économique.

DÉFINITION : Socialisme de marché. Le socialisme de marché est le système économique de la Chine, associant ouverture économique et intégration à la mondialisation, dirigées cependant par le Parti Communiste Chinois.

En effet, le régime continue de contrôler la population et maintient un parti unique. De plus, pour contenir l'explosion démographique, Deng Xiaoping met en place la politique de l'enfant unique en 1979

 

B. La crise des années 1989-1992

Les réformes initiées par Deng Xiaoping font éclater au grand jour les profondes disparités spatiales dont souffre le pays. La Chine connaît un exode rural massif qui conduit des millions de paysans vers les villes côtières. De grands investissements sont nécessaires pour répondre aux besoins en logements, en infrastructures. 

Cependant, ces investissements s’avèrent souvent insuffisants en matière de santé, de transport, d’éducation… Les mécontentements de la population s’aggravent face à la montée des prix, la corruption et un manque de libertés de moins en moins accepté.

La contestation la plus forte vient du monde estudiantin et culmine en 1989. La répression féroce de l’armée qui disperse les manifestants place Tienanmen le 4 juin 1989 et tue plus de 2000 personnes rappelle la nature particulièrement répressive du régime chinois

Dans la presse internationale de l’époque, les appels à la modération n’ont pas été entendus par le gouvernement de Deng Xiaoping qui est comparé aux pires dictateurs de l’histoire dans plusieurs journaux du monde entier.

REPÈRE : MASSACRE DE TIAN’ANMEN. En 1989, le massacre de Tian’anmen tue de nombreux chinois.

Malgré des condamnations et des sanctions de l’ONU, la Chine ne reste qu’un temps au ban des nations. Sa main d’œuvre abondante et peu chère attire beaucoup les investisseurs qui espèrent aussi conquérir un énorme marché. La Chine devient dans les années 1990 l’atelier du monde et le niveau de vie de sa population commence à s’améliorer sensiblement.

C. Une grande puissance ?

La Chine est devenue un géant économique. Selon certains indicateurs de mesures de richesse comme le PIB par exemple, elle est au 2ème rang mondial après les États-Unis. Elle a intégré l’OMC en 2001 et le G20 en 2008.

REPÈRE : La Chine intègre l’OMC. La Chine intègre l’OMC en 2001.

REPÈRE : La Chine, 2e puissance économique mondiale. La Chine devient la deuxième puissance économique mondiale en 2010.

Elle investit massivement dans différents continents (notamment en Afrique) et elle reste très attractive pour tous les investisseurs du monde. Il reste cependant aux Chinois bien des défis à relever. Si l’on prend comme mesure le PIB en parité de pouvoir d’achat par habitant, la Chine ne se situe qu’au 100ème rang mondial. Le salaire moyen demeure inférieur à 400 euros mensuels. Hormis les indicateurs sociaux, elle est aussi une puissance incomplète dans d'autres domaines :

  • Si elle est la 2e puissance militaire mondiale, elle est loin de concurrencer les États-Unis. L'armée compte environ 2,3 millions de soldats en 2015. Elle sert surtout à assurer le maintien de l'ordre existant à l'intérieur du territoire, car elle ne possède pas de bases extérieures ;
  • Elle tente aussi d'affirmer son soft power grâce aux instituts Confucius, implantés dans le monde, afin de diffuser l'enseignement de la langue chinoise et de la culture, mais également grâce à l'organisation d'événements mondiaux, comme les JO.

Conclusion

  • Comment la Chine, qui souffrait d’un retard de développement au milieu du XXe siècle, est-elle devenue la deuxième puissance économique mondiale ?
  • Comment la politique de Mao et de ses successeurs a-t-elle transformé la société chinoise et son rapport au monde ?

La Chine souffrait en 1949 d'un retard de développement. Avec la création de la République Populaire, le pays tente de se faire une place sur la scène internationale. Après l'alliance avec l'URSS, la Chine commence à avoir un pouvoir politique et géopolitique, grâce à son siège permanent au Conseil de sécurité de l'ONU. 

C'est après la mort de Mao qu'elle devient une puissance économique avec l'ouverture du pays aux investissements étrangers. La Chine moderne, dont le Président actuel est Xi Jinping, est ainsi une puissance en devenir qui aspire à être demain un véritable concurrent des États-Unis dans tous les domaines.

REPÈRE : Xi Jinping, Président de la RPC. Xi Jinping (né en 1953) est le Président de la République Populaire de Chine depuis 2013, réélu en 2018.

Le chapitre pour le Bac

Il est possible d’avoir à traiter le jour du baccalauréat :

  • Les sujets de compositions suivants : « la Chine et le monde depuis 1945 » et « L'émergence de la puissance chinoise depuis 1949 » ;
  • Une analyse d'un ou de deux documents.

 

LE PETIT + DANS TA COPIE

Citer des événements précis liés au développement du maoïsme (Grand Bond en avant, Révolution culturelle, ...).

POUR ALLER PLUS LOIN …

A VOIR :

  • GODARD Jean-Luc (réalisateur), La Chinoise, 1967
Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac L le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac L

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac L

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?