Biographie André Gide 1/2 - Littérature - Terminale L

Biographie André Gide 1/2 - Littérature - Terminale L

Consultez gratuitement ce cours de LIttérature niveau Terminale L, consacré à la biographie d'André Gide.

Dans ce cours, vous étudierez les débuts d'André Gide : son enfance, sa jeunesse, mais aussi ses débuts littéraires et ses débuts dans la vie.

Reportez-vous à la deuxième fiche biographique de Gide pour en apprendre plus sur la vie et l'oeuvre de l'écrivain !
Téléchargez gratuitement ci-dessous ce cours de Littérature sur André Gide pour le Bac L !

Biographie André Gide 1/2 - Littérature - Terminale L

Le contenu du document

 

Présentation : Qui est André Gide ? Famille difficile, amours tumultueuses, débuts littéraires enflammés : rencontrez le faux monnayeur en germe !

 

INTRODUCTION

André Gide est l'une des plus grandes figures littéraires du XXème siècle, connu notamment pour des ouvrages comme les Nourritures terrestres (1897), qui fut le livre de chevet d'une génération, ou encore pour le roman qui révolutionne le genre, les Faux-Monnayeurs (1925). Dans ces ouvrages, comme dans d'autres – tels que son récit autobiographique Si le grain ne meurt (1918) – André Gide s'est raconté.

Mais qui était vraiment cette personnalité énigmatique ? Comment a vécu l'auteur des Faux-Monnayeurs ?

Dans cette fiche, nous nous pencherons sur ses jeunes années, ainsi que sur son entrée en littérature.

 

ENFANCE ET JEUNESSE (1869 - 1889)

André Gide est né en 1869, dans le milieu bourgeois parisien qu'il saura si bien décrire dans les Faux-Monnayeurs.

 

LE MILIEU FAMILIAL

André Gide est le fils unique de Paul Gide, agrégé de droit enseignant à la faculté de Paris, et de Juliette Rondeaux. Ses parents sont tous deux issus de la bourgeoisie protestante, milieu social et religieux dans lequel André Gide vivra sa jeunesse.

A Paris, la famille occupe divers domiciles, notamment rue de Médicis et rue de Tournon, mais aussi près du jardin du Luxembourg, lieu iconique du roman les Faux-Monnayeurs. Les lieux de vacances sont tout aussi importants pour le jeune André, qui se rend souvent en Normandie, où réside la famille de sa mère, et voyage régulièrement vers le Gard, dont est originaire la branche paternelle de la famille. Dans ces journaux et ses écrits, Gide reviendra régulièrement sur la "duplicité" de ses origines.

En octobre 1880, alors qu'André n'est âgé que de onze ans, il doit faire face au décès de son père Paul, qui meurt d'une tuberculose intestinale. Cette mort est un déchirement pour le jeune garçon, qui était très proche de son père. Il est maintenant seul face à sa mère, Juliette qui aime beaucoup son fils, mais l'élève dans une rigueur et une morale que beaucoup jugeront castratrice.

 

UN PARCOURS SCOLAIRE PERTURBE

 

  • Une vocation musicale évincée

 

Alors qu'il n'est âgé que de six ans, André Gide commence à prendre des leçons de piano, instrument pour lequel il se montre très doué.

L'étude musicale se poursuit au cours des années, et le jeune Gide caressera un temps le rêve de devenir pianiste. Certains de ses professeurs de piano resteront dans sa mémoire : le personnage de Lapérouse, dans les Faux-Monnayeurs, est d'ailleurs inspiré par l'un d'eux.

 

 

  • Une scolarité semée d'embûches

 

En revanche, la scolarité classique de Gide n'aura pas été aussi réussie. En 1877, à l'âge de huit ans, André Gide entre à l'Ecole alsacienne, l'établissement scolaire parisien privilégié par la bourgeoisie protestante. Malheureusement, il en est rapidement renvoyé pour trois mois, pour cause de "mauvaises habitudes", c'est-à-dire de masturbation. Cet épisode sera fondateur dans la vie de Gide, d'autant qu'il a été suivi par des consultations médicales pour le moins castratrices.

Le reste de sa scolarité sera tout aussi décousue : à peine revenu à l'école, Gide la quitte pour soigner une rougeole, puis ce seront les crises nerveuses, les crises d'angoisse ou encore les migraines qui le tiendront éloigné du cadre scolaire.

 

 

  • Les études supérieures

 

Après une année de rhétorique à l'Ecole alsacienne, André Gide s'inscrit en philosophie à Henri IV. Il est reçu bachelier en 1889, c'est une époque exaltante de rencontres amicales et de lectures, qu'il fera revivre dans les Faux-Monnayeurs.

 

L'AMBITION DE L'ECRITURE

A l'âge de quatorze ans, André Gide lit les Fragments d'un journal intime de Amiel. Cette lecture lui donne envie de devenir, à son tour, diariste.

 

AMOURS ET AMITIES

 

  • Madeleine

 

C'est à la fin de l'année 1882, alors que Gide n'est âgé que de treize ans, qu'il prend conscience de son amour pour sa cousine Madeleine, demeurant en Normandie. Cette jeune fille est alors peinée par les problèmes de couple de ses parents : en effet, sa mère Mathilde a une liaison.

Madeleine est une jeune fille sensible, au tempérament dirigé par la rigueur et la morale protestante de sa famille. Gide se découvre pour elle un amour démesuré, qui donne "un nouvel orient à sa vie".

 

 

  • Le groupe d'amis

 

Les années précédant le baccalauréat sont déterminantes pour André Gide, qui rencontre à l'Ecole alsacienne Pierre Louis (futur Pierre Louÿs, auteur de littérature érotique). L'année suivante, Gide se liera, toujours sur les bancs du lycée, avec Léon Blum.

 

DEBUTS LITTERAIRES, DEBUTS DANS LA VIE (1890 – 1914)

LES DEBUTS EN LITTERATURE

 

  • La vie sociale et littéraire

 

Immédiatement après son baccalauréat, André Gide fréquente, un temps, les salons littéraires. C'est également à cette époque qu'il rencontre, par l'intermédiaire de Pierre Louÿs, le poète Paul Valery, qui deviendra un ami.

1891 est l'année d'une rencontre déterminante pour Gide : celle d'Oscar Wilde. L'écrivain irlandais incarne pour lui une voie plus ouverte, loin de la rigueur protestante de ses jeunes années.

Une amitié avec Francis Jammes viendra renforcer le cercle littéraire autour de Gide ; ainsi que la première rencontre, aux environs de 1895, avec le dramaturge Paul Claudel.

Cependant, c'est surtout la rencontre avec le romancier Roger Martin du Gard, en 1913, qui sera déterminante pour l'écrivain. Martin du Gard devient un proche de Gide, qui lui dédiera d'ailleurs son roman les Faux-Monnayeurs en 1925.

 

 

  • Premiers écrits, premières publications

 

La première œuvre d'André Gide, les Cahiers d'André Walter, est publiée en 1891 à compte d'auteur, et ne connaît pas le succès ; pourtant, ce texte, qui aborde le thème de la jeunesse et qui se base sur la pratique de diariste de Gide, annonce les œuvres futures.

En 1897, Gide publie les Nourritures terrestres, une œuvre littéraire oscillant entre le roman et le poème. Cet ouvrage demeurera l'un des plus connus de son auteur ; mais dès sa publication, il est revendiqué comme un manifeste par la nouvelle génération.

A partir de 1899, il publie diverses œuvres (le Prométhée mal enchaîné, le Roi Candaule etc) ; mais la parution de l'Immoraliste en 1902 marque une étape importante. En 1909, la Porte étroite est rédigé comme un pendant à l'Immoraliste.

En 1914, les Caves du Vatican consacre Gide comme un auteur central de sa génération. Paul Claudel, dramaturge et fervent catholique, est choqué par la présence du thème de l'homosexualité dans l'œuvre : il s'agit d'une rupture amicale pour les deux hommes.

 

 

  • La NRF

 

André Gide est le cofondateur de la NRF, la Nouvelle Revue Française, dont le premier numéro sort début 1908. Cette revue, qui s'associera prochainement avec Gallimard, confère à l'auteur une place importante dans le monde éditorial et critique français.

C'est d'ailleurs en 1912 que Gide commettra une erreur qu'il se reprochera longtemps : il refuse le manuscrit de Un amour de Swann, de Marcel Proust.

 

AMITIES ET VOYAGES

Gide se découvre très tôt un goût prononcé pour les voyages : en 1893, il part avec son ami le peintre Paul Laurens en voyage pour neuf mois, en Tunisie, en Algérie et en Italie – un voyage qui lui permettra de se découvrir, et de se libérer des carcans moraux protestants.

En 1894, il poursuit ses voyages en Europe (Malte, la Suisse), tout en commençant la rédaction des Nourritures terrestres.

Avec Madeleine, Gide se rendra encore régulièrement en Afrique du Nord.

 

AMOUR, AMOURS

 

  • Madeleine, toujours

 

Le jeune André Gide est toujours déterminé à épouser sa cousine Madeleine. Cependant, cette union fait face au refus de la famille de l'intéressée... et de Madeleine elle-même, qui s'éloigne d'André. Ce n'est qu'en 1895 que la jeune fille se rapproche de l'écrivain ; et, après le décès de la mère de Gide, Madeleine et André se marieront enfin.

Cependant, ce mariage restera blanc : l'union d'André et de Madeleine ne sera jamais consommée. Dès leur mariage, ils partent tous deux en voyage de noces pendant sept mois ; mais certaines tensions apparaissent.

 

 

  • L'homosexualité

 

Si le mariage de Gide avec Madeleine ne peut être consommé, c'est avant tout car André s'est découvert une attirance pour les hommes, qu'il concrétise d'abord avec un jeune homme en 1893 lors du voyage en Tunisie.

Les aventures homosexuelles de Gide se poursuivent alors même qu'il est marié avec Madeleine : la vérité est cachée à son épouse.

Mais en 1910, Gide commence à composer Corydon, essai qui vise à combattre les préjugés envers la pédérastie. Cet essai, qui ne sera publié qu'en 1924, est donné à lire à certains de ses proches, qui y voient un ouvrage audacieux.

 

CONCLUSION

Alors que commence la première guerre mondiale, André Gide, âgé de 45 ans, est déjà un écrivain reconnu ; pourtant, les oeuvres qui demeurent le plus célèbres dans sa bibliographie (les Caves du Vatican, les Faux-Monnayeurs) n'ont pas encore été écrites. Seuls les thèmes de ces écrits se devinent déjà, au regard de la vie de leur auteur.

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac L le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac L

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac L

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?