Corrigé Littérature - Bac L Washington 2016

Corrigé Littérature - Bac L Washington 2016

Consultez gratuitement le corrigé de Littérature du Bac L de Washington 2016.

Notre professeur de littérature a répondu aux deux questions posées sur le thème d'Oedipe Roi de Sophocle et Pasolini : "Qu'apportent le prologue et l'épilogue de Pasolini à la pièce de Sophocle ?" et "L'expression du tragique est-elle la même dans la pièce de Sophocle et dans le film de Pasolini ?".

Téléchargez ci-dessous le sujet corrigé de Littérature du Bac L de Washington 2016 !
Consultez le sujet de Littérature du Bac L de Washington 2016

Corrigé Littérature - Bac L Washington 2016

Le contenu du document



QU'APPORTENT LE PROLOGUE ET L'EPILOGUE DE PASOLINI A LA PIECE DE SOPHOCLE ?

Dans sa réécriture de la tragédie de Sophocle, Œdipe roi, Pasolini ajoute au récit du mythe un prologue et un épilogue, situés dans un espace et une temporalité différentes. Le prologue montre la naissance de l'enfant et son rapport avec ses parents ; alors que l'épilogue montre Œdipe, aveugle et mendiant, jouant de la flûte et errant à Bologne.

Qu'apportent le prologue et l'épilogue de Pasolini à la pièce de Sophocle ?


I. Une dimension autobiographique

Le prologue et l'épilogue du film de Pasolini précisent sa dimension autobiographique, ce qui constitue un ajout tout personnel par rapport à la pièce de Sophocle.

• Le contexte du prologue et de l'épilogue sont autobiographiques, dans la mesure où ils sont situés dans un autre espace et dans une autre temporalité que ne l'est le mythe d'Œdipe. En effet, le mythe d'Œdipe est situé en Grèce antique, alors que le prologue se situe dans l'Italie fasciste des années 20, et plus particulièrement dans une région qui ressemble au Frioul, région du nord-est de l'Italie où Pasolini a grandi. Quant à l'épilogue, il se situe dans l'Italie contemporaine des années 60, à Bologne, ville où Pasolini a étudié. Les banlieues urbaines filmées dans l'épilogue sont un espace qui fascine Pasolini.

• Rapports fusionnels de l'enfant et de la mère ; figure autoritaire du père qui est un soldat. Ces éléments sont autobiographiques pour Pasolini. Ils constituent un ajout à la pièce de Sophocle, et en cela amènent une définition freudienne du complexe d'Œdipe.


II. Un élargissement du thème politique

• Le politique est au cœur de la tragédie de Sophocle

• Avec l'épilogue et le prologue, Pasolini élargit ce thème :

- Le prologue, situé dans l'Italie fasciste, rapproche la figure du père, soldat, de ce régime totalitaire. En cela, il fait de Laïos un personnage connoté péjorativement.

- L'épilogue, situé dans l'Italie contemporaine, propose une critique marxiste : Œdipe, mendiant sur les marches de la cathédrale de Bologne, côtoie d'abord la jeunesse bourgeoise de Bologne, avant de s'éloigner dans les faubourgs et de croiser les ouvriers sortant des usines. Cette trajectoire mime la trajectoire politique personnelle de Pasolini.


III. Renforcer la dimension mythique de l'histoire d'Œdipe

Avec le prologue et l'épilogue, Pasolini renforce la dimension mythique d'Œdipe roi.

• L'universalité du mythe d'Oedipe est renforcée, dans la mesure où il est ici repris à travers une individualité, celle de Pasolini lui-même. Le fait que Pasolini puisse raconter sa propre histoire à travers celle d'Œdipe montre assez le caractère universel du mythe d'Œdipe.

• La grande solennité du prologue comme de l'épilogue, soulignée par l'absence presque totale de paroles et le surgissement d'une musique représentant la fatalité (musique traditionnelle japonaise, flûte d'Oedipe), souligne la dimension mythique.

• Enfin, la structure circulaire que le prologue et l'épilogue mettent en place souligne encore la dimension mythique : "Je suis de retour. La vie finit là où elle commence", dit Œdipe à la fin du film. Cette circularité représente la vie humaine, tout comme la permanence du mythe, qui symbolise ces vies humaines dans l'Antiquité comme aujourd'hui.


L'EXPRESSION DU TRAGIQUE EST-ELLE LA MEME DANS LA PIECE DE SOPHOCLE ET DANS LE FILM DE PASOLINI ?

Œdipe roi de Sophocle relève de la tragédie. Ecrite par l'un des plus illustres dramaturges de la Grèce antique, cette pièce est tragique, au sens littéraire, dans la mesure où elle induit une notion de fatalité relevant des dieux, ainsi qu'un questionnement sur l'identité. En réécrivant Œdipe roi, Pasolini filme effectivement une tragédie, mais où le tragique se manifeste différemment.

En quoi l'expression du tragique dans Œdipe roi de Pasolini diffère-t-elle de celle représentée dans la pièce de Sophocle ?


I. La divinité tragique, remise en cause par Pasolini

• Le tragique dans Œdipe roi de Sophocle advient par les dieux : les dieux décident du destin des hommes (ici, Œdipe) et décident de les laisser dans l'ignorance. Ces dieux ne sont pas représentés, mais ils sont écoutés (Créon va consulter la Pythie). Lorsque Jocaste remet en cause la véracité des prédictions des oracles, son tort sera prouvé.

• Pasolini ne fait pas un film religieux : les représentants des dieux représentés dans le film ne sont pas du tout conformes à la vision religieuse antique (la Pythie), elles sont parfois même grotesques (le Sphinx).

• Le tragique n'est pas dans la divinité mais dans le sacré : le tragique repose dans les prédictions de ce qui est authentique et immuable, représenté ici par l'Afrique (masques africains, paysages marocains, figurants autochtones), ou encore par la lumière du soleil.


L'expression du tragique n'en est que plus universelle, puisqu'elle n'est pas subordonnée en la croyance à des dieux particuliers.


II. Pasolini : la fatalité à taille humaine

La fatalité, autre dimension du tragique, est couramment liée à la divinité. Puisque celle-ci est effacée par Pasolini au profit du sacré, la fatalité se fait humaine dans le film.

– Fatalité de la quête identitaire

Dans la tragédie de Sophocle, Oedipe met en place une enquête policière pour découvrir la vérité sur ses origines.

Chez Pasolini, cette quête identitaire est également présente, mais elle se double d'une dimension psychanalytique. Œdipe cherche non seulement à connaître ses origines familiales et sociales, mais aussi à comprendre son fonctionnement en tant qu'individu.


– Fatalité personnelle

Puisque les dieux n'existent pas, en tant qu'individus agissants, dans l'univers pasolinien, c'est la responsabilité d'Œdipe en tant qu'individu qui est engagée.

Cette piste d'interprétation est soulignée par la dimension autobiographique du film de Pasolini : malgré le poids de la fatalité divine qui pèse sur le destin d'Œdipe, son individualité induit une part de responsabilité.

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac L le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac L

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac L

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?