Écrire et publier Hernani (Partie 1/2) - Littérature - Terminale L

Écrire et publier Hernani (Partie 1/2) - Littérature - Terminale L

Télécharge gratuitement le cours sur la rédaction et la censure (écrire et publier Hernani) , dans le cadre de l'étude d'Hernani de Victor Hugo, oeuvre au programme de Littérature Terminale L.

Retrouve toutes nos fiches sur Hernani sur notre site et notre application de révisions du Bac L : Résumé de l'oeuvre, analyse, réception critique, mise en scène... Tous les thèmes indispensables pour le Bac sont abordés !

N'attends plus et télécharge gratuitement ta fiche de cours sur Hernani, et fonce faire le quiz associé dans la rubrique "Quiz de littérature" !

Écrire et publier Hernani  (Partie 1/2) - Littérature - Terminale L

Le contenu du document

En 1829, Victor Hugo a 27 ans. En 1825, il a reçu la Légion d’honneur et a été invité au sacre de Charles X. Dans les années 1820, il fait partie du Cénacle, des salons qui réunissent des partisans du romantisme à l’Arsenal à Paris. Il a déjà publié en 1827 sa pièce Cromwell ainsi que sa célèbre préface qui expose les principes du romantisme. En 1829, il publie Le Dernier Jour d’un condamné : il s’engage pour l’abolition de la peine de mort en racontant, sous la forme d’un journal intime, la captivité d’un condamné à mort. Dans la préface de 1832 de cette œuvre, il écrit : « Se laver les mains est bien, empêcher le sang de couler serait mieux. » Mais, en 1829, il écrit également une pièce de théâtre, Marion de Lorme. Victime de la censure, Victor Hugo écrit en moins d’un mois Hernani.

Nous étudierons donc les étapes clés de la rédaction de cette pièce. Dans la première fiche, nous expliquerons le rôle et le poids de la censure au XIXe siècle. Enfin, dans la deuxième fiche, nous étudierons l’histoire de la publication et les différentes éditions d’Hernani.

PRÉREQUIS

  • Connaître le résumé de la pièce.

OBJECTIFS

  • Connaître les étapes clés de la genèse de la pièce.
  • Comprendre le rôle de la censure au XIXe siècle.

I. ÉCRIRE FACE À LA CENSURE AU XIXe SIÈCLE

A. La censure de Marion de Lorme

Victor Hugo écrit rapidement cette pièce (qui raconte l’histoire d’une célèbre courtisane du XVIIe siècle), du 2 au 26 juin 1829. Une fois l’écriture terminée, les écrivains comme Victor Hugo avaient pour coutume de lire leur texte. Il donne ainsi une lecture privée de la pièce le 9 juillet. Victor Hugo envoie au baron Taylor, le directeur du Théâtre-Français, l’autorisation de représenter la pièce. 

Mais, la censure intervient et demande à Victor Hugo de modifier son texte, notamment l’Acte IV, car la censure n’apprécie pas l’image du roi Louis XIII, dont Charles X est le descendant. En effet, il est représenté comme étant soumis à Richelieu. Le pouvoir accorde une entrevue à l’auteur et lui promet d’augmenter sa pension annuelle, pension qui avait été accordée par Louis XVIII. 

Victor Hugo refuse l’offre et retire donc son drame, préférant conserver sa liberté : « Dévoué à la monarchie et je l’ai prouvé, je ne le suis pas moins à la liberté et je le prouverai. » Il va déclarer la guerre à la censure, qualifiant les censeurs d’ « adversaires » et même d’ « ennemis naturels ».

B. La censure, un obstacle de taille

La censure est une commission chargée de l’examen des ouvrages. Cette commission a pour rôle de défendre l’ordre moral et religieux. L’un de ses représentants est Charles Briffault (*). Victor Hugo le connaît bien car c’est lui qui a prévenu l’auteur de l’interdiction de Marion de Lorme. Entouré de trois collègues, Briffault rend son rapport le 28 octobre 1829

La commission décide alors de ne pas interdire la pièce. Or, le rapport est loin d’être élogieux puisqu’il assimile la pièce à : « un tissu d’extravagances, auxquelles l’auteur s’efforce vainement de donner un caractère d’élévation et qui ne sont que triviales et souvent grossières. Cette pièce abonde en inconvenances de toute nature. Le roi s’exprime souvent comme un bandit, le bandit traite le roi comme un brigand. La fille d’un grand d’Espagne n’est qu’une dévergondée, sans dignité ni pudeur… ». Le rapport montre bien que la commission n’approuve pas le traitement des personnages dont le comportement contraste avec leur rang. 

Pourquoi la censure n’a-t-elle donc pas interdit la pièce ? Il s’agit plutôt d’une ruse : la censure n’interdit pas la pièce mais espère que le public le fera, comme il est écrit dans le rapport : « Il est bon que le public voie jusqu’à quel point d’égarement peut aller l’esprit humain affranchi de toute règle et de bienséance. » C’est bien la liberté créatrice de l’auteur qui est ici remise en cause.

Mais Briffault ne s’arrête pas là : il diffuse dans des salons quelques extraits de la pièce. Indigné, Victor Hugo écrit le 5 janvier 1830 une lettre adressée au comte de Montbel, le ministre de l’Intérieur, dans laquelle il accuse ouvertement la censure : « La censure est mon ennemie littéraire, malhonnête et déloyale. J’accuse la censure. »

Le 7 août 1830, la censure est officiellement abolie au nom de la liberté d’expression. Louis-Philippe, le « roi des Français », veut fonder sa légitimité sur cette liberté. Pourtant, la pièce Le Roi s’amuse de Victor Hugo, écrite en 1832, sera suspendue puis interdite. La censure fait officiellement son retour en 1835.

Au XIXe siècle, deux autres écrivains devront faire face à la censure. Il s’agit :

  • de Flaubert pour son ouvrage Madame Bovary accusé d’outrage à la morale publique et religieuse et aux bonnes mœurs.
  • du recueil Les Fleurs du Mal de Charles Baudelaire.

Des procès sont intentés contre ces œuvres la même année, en 1857.

Après avoir étudié la rédaction d’Hernani à l’épreuve de la censure, intéressons-nous à l’évolution du texte de la pièce.

REMARQUE (*) Le nom Briffault connaît plusieurs orthographes. Nous utiliserons toujours celle-ci.

II. LA RÉDACTION DU MANUSCRIT D’HERNANI

A. La rédaction d’Hernani : une rédaction éclair

Poussé par l’interdiction de Marion de Lorme, le jeune Victor Hugo rédige Hernani au pas de course du 29 août 1829 au 24 septembre 1829. Anne Ubersfeld, une critique spécialiste des études théâtrales et ayant écrit de nombreux ouvrages critiques sur l’œuvre de Victor Hugo, a montré les étapes de cette rédaction. Dans la marge du manuscrit, Victor Hugo a tracé des traits horizontaux qui semblent correspondre aux périodes de rédaction.

  • Du 29 août au 2 septembre, il écrit l’Acte I.
  • Du 3 au 6 septembre, il écrit l’Acte II.
  • Du 8 au 14 septembre, il écrit l’Acte III.
  • Du 15 au 20 septembre, il écrit l’Acte IV.
  • Du 20 au 24 septembre, il rédige le dernier acte.

B. La lecture de la pièce

Le 30 septembre, il réunit ses amis chez lui, au 11 rue Notre-Dame-des-Champs, afin de leur lire la pièce. Puis, le 5 octobre, il présente la pièce à la Comédie-Française et lit Hernani à la troupe. Les comédiens acceptent et les rôles sont distribués : Melle (*) Mars sera doña Sol, Firmin incarnera Hernani, Joanny sera don Ruy Gomez et Michelot interprétera don Carlos (une fiche sera dédiée aux grands comédiens du XIXe siècle). Le baron Taylor, commissaire royal au Théâtre-Français (autre nom de la Comédie-Française), envoie l’un des deux manuscrits d’Hernani à la censure afin de connaître son avis sur la pièce. Le deuxième manuscrit est quant à lui utilisé pour les répétitions au Théâtre.

REMARQUE (*) Pour faire référence à Mademoiselle, nous écrivons Melle, abréviation souvent utilisée dans les ouvrages critiques.

CONCLUSION

Nous avons donc, dans cette première leçon, étudié les étapes permettant de comprendre la genèse de la pièce Hernani, de l’interdiction de Marion de Lorme à l’écriture de la pièce Hernani. Nous allons dans un deuxième temps étudier la publication d’Hernani et les nombreuses modifications qui ont été apportées au texte. Ces étapes sont à connaître car elles interrogent le domaine d’étude au programme « lire-écrire-publier ».

LE PETIT + DANS TA COPIE

N’oublie jamais le domaine d’étude lié à l’œuvre, « lire-écrire-publier ». Les sujets seront nécessairement en lien avec le domaine d’étude. C’est pourquoi il est important de connaître les différentes étapes de la genèse de l’œuvre, de son écriture à sa représentation, jusqu’à ses nombreuses éditions.

POUR ALLER PLUS LOIN …

  • Sur Gallica, la bibliothèque numérique de la BNF (Bibliothèque Nationale de France), vous pouvez consulter en ligne le manuscrit autographe d’Hernani à cette adresse : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60005257/f19.image.r=manuscrit%20hernani 
Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac L le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac L

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac L

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?