Les réécritures, du XVIIème siècle à nos jours

Les réécritures, du XVIIème siècle à nos jours

Cette fiche de révision porte sur les réécritures du XVIIème à nos jours. Notre professeur vous rappelle qu'il est important de la connaître pour votre épreuve de Littérature au Baccalauréat littéraire.

Les réécritures, du XVIIème siècle à nos jours

Le contenu du document

 

Le XVIIème siècle voit apparaître une nouvelle notion : la réécriture. Les écrivains redécouvrent les textes anciens de l'Antiquité et s'en inspirent. Ils vont même jusqu'à citer leurs sources dans leurs ouvrages. Il n'est pas, ici, question de plagiat, mais de transformation.

I - Les types de réécriture

La réécriture est un exercice de style : une reprise et une adaptation d'un tout ou partie d'une œuvre déjà existante. Ce phénomène n'est pas une copie, mais une transformation. On s'inspire d'un écrit que l'on prend pour modèle et on cherche à imiter ou à s'écarter de l'œuvre de départ en gardant son propre style.
Les grands écrivains, tels Molière, parlaient d'hommage aux auteurs classiques.
La réécriture s'est vue illustrée de manière diverses et variées.

    1 - La citation

Comme son nom l'indique, la citation est un emprunt direct à l'œuvre d'un autre auteur. On le cite afin d'étayer son argumentation. Il sera nécessaire d'employer les guillemets ou l'italique pour le différencier de son écrit.

    2 - L'allusion

L'allusion prend la forme d'une complicité entre l'auteur et le lecteur. La source n'est pas citée de façon claire. L'écrivain compte sur les connaissances de son interlocuteur afin que ce dernier voie en cette référence implicite la source de son inspiration.

    3 - Le pastiche

C'est l'imitation d'un style et des ''tics'' d'écriture d'un auteur. Il peut être comique ou satirique.
C'est un jeu avec le lecteur qui a plaisir à retrouver la ''manière'' d'écrire d'un autre.
C'est une joie pour l'auteur qui s'amuse à reproduire un style. Il doit toutefois avoir une connaissance approfondie de celui dont il s'inspire.

    4 - La parodie

C'est une imitation comique et une déformation d'un style. Elle a pour but de se moquer et de faire rire. Burlesque, caricaturale ou ridicule, la parodie transforme, par exemple, une tragédie en comédie ou un texte au registre soutenue en un écrit au langage familier.

    1 - Quelques termes supplémentaires

  • La transposition est le passage d'un art à un autre. Cela suppose une transformation ; par exemple, une œuvre littéraire peut être adaptée en opéra.
  • La traduction est le passage d'une langue à une autre. Cela requiert également une forme de transformation car les expressions peuvent différer d'une langue à l'autre et il faut faire attention à conserver le même sens.
  • L'adaptation est le passage d'un genre à un autre ; par exemple, passer d'une tragédie à une comédie.
  • La transcription est le fait de passer d'un registre de langue à un autre ; par exemple, passer d'un langage soutenu à un registre vulgaire.

II - Au fil des siècles...

Depuis le XVIIème siècle jusqu'à nos jours, les textes antiques ont agi comme une véritable drogue sur les auteurs qui s'en sont emparés. Les prenant pour modèle, ils n'ont eu qu'une obsession : les réécrire et les adapter à leur convenance. On appelle cela l'intertextualité.
De grands mythes, tels Œdipe, Antigone ou Électre, sont également devenus des sources d'inspiration inépuisables.
Voici les grandes lignes de la réécriture au fil des siècles.

    1 - Le XVIIème siècle

Jusqu'à la fin du XVIIème siècle, la réécriture était considérée comme la meilleure méthode d'apprentissage. Les ''Anciens'' étaient le modèle à suivre.
Plaire et instruire étaient les maîtres mots, ainsi on a vu naître de grands auteurs s'inspirant de leurs prédécesseurs.
Exemples
  • Jean de La Fontaine (1621-1695) s'inspira pour Les Fables (écrites de 1668 à 1694) des fabulistes de l'Antiquité, tel Ésope (VIIème-VIème siècle avant J.-C.) et ses courts récits.
  • Molière (1622-1673), pour L'Avare, préféra s'emparer de l'œuvre de l'auteur comique Plaute (254 avant J.-C. - 184 avant J.-C.) et La Marmite ou L'Aululaire (en latin, Aulularia).
  • Jean Racine (1639-1699) s'est laissé influencer pour Phèdre (1677) par l'un des plus grands tragiques de l'Antiquité, Euripide (480 avant J.-C. - 406 avant J.-C.) et son Hippolyte porte-couronne (428 avant J.-C.).

    2 - Le XVIIIème siècle

Pastiche ou parodie, les auteurs du siècle des Lumières se sont emparés des textes anciens afin de critiquer, dénoncer et surtout créer la polémique.
Exemple
  • Voltaire (1694-1778) parodie le mythe d'Œdipe avec son œuvre L'Agnès de Chaillot (1723).
  • Le mythe de Don Juan, assimilé au dramaturge espagnol Tirso de Molina (1583-1645) pour son œuvre L'abuseur de Séville et le Convive de pierre (1630), fut repris par Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) dans son opéra Don Giovanni en 1787.

    3 - Le XIXème siècle

Les auteurs romantiques ont été peu nombreux à pratiquer la réécriture. Toutefois, certaines œuvres n'y ont pas échappé.
Exemple
  • Le conte populaire du XVIème siècle Faust fut repris par Johann Wolfgang von Goethe (1749-1832) dans son œuvre littéraire du même nom en 1808.
  • Le mythe de Prométhée, fut, quant à lui, revu de nombreuses fois ; pour exemple, Salomon Reinach (1858-1932) avec son '' Aetos Prometheus'' extrait de Cultes, mythes et religions (1906), ainsi que Louis Séchan (1882-1968) et Le mythe de Prométhée (1951).

    4 - Le XXème siècle

C'est le siècle de la réécriture ! Les auteurs se déchaînent en reprenant, décrivant et adaptant de nombreuses œuvres ; la condition humaine est au centre des préoccupations.
Exemple
  • Le mythe œdipien est revisité, cette fois, par Jean Cocteau (1889-1963) en citant l'énigme du Sphinx - «  Quel est l'être qui marche sur quatre pattes au matin, sur deux à midi et sur trois le soir ? » (Réponse : l'homme) -, dans sa pièce de théâtre La Machine infernale (1932). Elle se fonde sur Œdipe roi (entre 430 et 420 avant J.-C.) de Sophocle (495 avant J.-C. - 406 avant J.-C.).
  • Le romancier et poète James Joyce s'est, pour sa part, inspiré de L'Odyssée (vers le VIème siècle avant J.-C.) d'Homère pour écrire Ulysse (1922).
  • Antigone a passionné de nombreux auteurs, à commencer par Sophocle (495 avant J.-C. - 406 avant J.-C.) et sa tragédie du même nom (vers 442 avant J.-C.). Cette œuvre a traversé les siècles sous de nombreuses formes, pour exemple, la pièce de théâtre de Jean Anouilh (1910-1987) Antigone (1944).
  • Madame Bovary (1857) de Gustave Flaubert (1821-1880) a également pris divers visages au fil du temps, notamment au cinéma, œuvre du même nom, sous la direction de Jean Renoir (1894-1979) en 1933 ou de Claude Chabrol (1930-2010) en 1991.
Conclusion
Quel que soit le texte, quel que soit le siècle, il est clair qu'un nombre incalculable d'auteurs ont inspiré leurs successeurs. Les grandes œuvres littéraires ont toujours été et restent une source d'inspiration inépuisable pour ceux qui les reprennent. La réécriture n'est pas un plagiat, mais un hommage.

Consultez, apprenez, révisez vos cours littérature Bac L gratuitement grâce à digiSchool !

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Les avis sur ce document

Camillelola
20/20

super, aide précieuse. Merci pour cette clarté, du coup c'est plus facile à retenir.

par - le 28/03/2015
sthlmst
20/20

Document qui est très bien résumé pour des révisions express!

par - le 26/02/2015
sg12
20/20

Merci beaucoup pour ce document qui me sera d'une aide précieuse dans mes révisions!

par - le 27/12/2014

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac L le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac L

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac L

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?