Les rois de France dans la Princesse de Montpensier (partie 2) : les personnages dans le contexte royal - Littérature - Bac L

Les rois de France dans la Princesse de Montpensier (partie 2) : les personnages dans le contexte royal - Littérature - Bac L

Retrouve le cours de Littérature Terminale L sur le contexte royale dans la Princesse de Montpensier avec digiSchool ! Chapitre "La princesse de Montpensier".

Dans cette leçon nous commencerons par une légère introduction avant de poursuivre sur la présentation des différentes maisons présentes dans cette oeuvre et les liens qu'elles entretiennent entre elles.

Télécharge gratuitement ce cours de littérature Terminale L rédigé par un professeur de l'Éducation Nationale pour réviser le Bac en toute tranquilité !

Les rois de France dans la Princesse de Montpensier (partie 2) : les personnages dans le contexte royal - Littérature - Bac L

Le contenu du document

 

Introduction

Pour nous intéresser aux rois de France présents dans la nouvelle de La Princesse de Montpensier, nous avons pensé qu'il était indispensable de partager ce cours en deux parties. La première avait pour objectif de donner une vision globale du fonctionnement de la royauté afin d'expliquer notamment quels étaient les différentes maisons et comment se justifiait un accès au trône. Dans la deuxième partie de ce cours (voir ci-dessous), nous nous intéressons plus particulièrement aux personnages de la nouvelle dans le contexte royal. Nous présentons ainsi la famille de Catherine de Médicis afin de mieux comprendre comment elle s'organise et la représentation qui en est faite dans le film et dans la nouvelle. Nous concluons le cours en ouvrant sur d'autres horizons : le rôle de l'Histoire dans l'histoire ainsi que l'utilité de certains personnages dans une situation d'énonciation qui est liée à la dynastie des Valois-Médicis.

Préambule

Voici un petit listing qui recense les différents personnages présents dans la nouvelle et qui ont un lien fictif (ou non), plus ou moins important, avec la famille royale. Ces personnages sont cités selon leur ordre d'apparition dans l'œuvre de Madame de Lafayette. L'étude que nous réalisons autour de la famille royale nous amènera, petit à petit, à entrevoir comment la fiction se mêle progressivement à la réalité historique.

Charles IX, « fille unique du marquis de Mézières », duc de Maine, duc de Guise, cardinal de Lorraine, le prince de Montpensier, le duc d'Aumale, le prince de Condé, le comte de Chabannes, Catherine de Médicis, l'amiral de Châtillon, le duc d'Anjou (futur Henri III), Marguerite de Valois (future reine de Navarre), M. de Montpensier, Mlle de Guise, « la fille de l'empereur Maximilien », la princesse de Portien, la marquise de Noirmoutiers.

I. Les parents Médicis-Valois.

A. Henri II vivant

Henri II est né en 1519 et a épousé, plus tard, Catherine de Médicis. Elle est la nièce du pape et provient d'une riche et cultivée famille italienne. Dans un contexte de guerres italiennes, sa vie est en danger. Elle est placée dans un couvent puis ira en France. Le début de sa vie à la cour est difficile, victime de ses origines italiennes et des amours de son mari, notamment envers Diane de Poitiers. Elle n'est, à priori, pas destinée à jouer un rôle très important dans l'Histoire. Mais, le premier fils de François Ier meurt ; ce qui confère au couple le rôle de futurs souverains. En 1547, François Ier décède et ils deviennent les garants de la monarchie. Catherine met au monde quatre fils ; ce qui tendrait à assurer le fait que sa famille conserve sa place sur le trône. Conjointement, Henri Il aime s'adonner au sport et réaliser des tournois. Alors qu'il affrontait le comte de Montgomery, il décède accidentellement lors de l'un d'entre eux, en 1559.

B. Catherine de Médicis veuve

En même temps qu'elle devient veuve, Catherine de Médicis prend la place de régente car son fils, François II, est visiblement trop jeune pour gouverner. Elle sera à nouveau régente quand son autre fils, Charles IX, sera au pouvoir. Quand ce sera au tour d'Henri III d'être roi, elle ne jouera pas ce rôle. Elle s'éteint en 1589, peu après que son fils (Henri III) se soit compromis en ayant commandité l'assassinat duc de Guise et de son frère, le cardinal de Lorraine.

II. François II.

François II est né en 1544 et est décédé en 1560 d'un problème de santé. Il n'a pas été roi durant très longtemps puisque ce dernier était devenu souverain suite à la mort de son père en 1559. Il était marié à Marie Stuart, fille de Marie de Guise. En plaçant une Guise comme épouse de François II, la famille des catholiques Guise prend d'autant plus d'importance à la cour. Mais, liée au destin de son mari, Marie Stuart (de Guise) n'est pas longtemps reine de France.

III. Charles IX.

A. Charles IX, pré-Saint Barthélemy.

Charles IX est né en 1550. Il devient roi à la mort de son frère alors qu'il n'a que dix ans. Sa mère devient donc régente. En 1570, il est marié à Elisabeth d'Autriche, la fille de l'empereur Maximilien. Cet événement est relaté dans le récit de Madame de Lafayette. Il s'agit d'une catholique, qui permet de renforcer la position de la monarchie vis-à-vis des autres pays catholiques d'Europe (Espagne, Italie notamment).

B. Charles IX et la Saint-Barthélemy

Pourtant, moins de deux ans plus tard, c'est bien un mariage mixte que la famille royale organise entre la catholique Marguerite, sœur du roi, et le protestant, Henri de Navarre. Une semaine après ce dernier, se déroule la Saint-Barthélemy. A ce sujet, les historiens tendent à nuancer leur pensée quant à la responsabilité de Charles IX. Certains ont tendance à dire que le roi était ami avec le protestant amiral de Coligny, contre qui a été perpétué la tentative de meurtre qui motivera, en partie, la Saint-Barthélemy. En somme, ce sont toutes sortes de tensions politiques et jeux d'influence qui mènent à ce massacre. Et, visiblement apeuré quant à la vengeance des protestants, il autorise qu'on tue d'autres chefs huguenots. Il aurait dit : « Tuez-les, mais tuez-les tous. ». Il reste, dans tous les cas, très difficile de savoir dans quelles mesures la famille royale aspirait à une telle boucherie, qui s'est prolongée dans les territoires de province.

Il est décédé en 1574.

IV. Henri III (duc d'Anjou).

Henri III est présent dans le récit en tant que duc d'Anjou. Dans le film de Bertrand Tavernier, il joue un rôle assez important. D'après certains historiens, il aurait été le fils préféré de Catherine de Médicis. Il est né en 1551.

A. Du trône de France à celui de Pologne.

A la mort de son frère Charles IX, il accède au trône de France en 1574, où il occupe ses fonctions jusqu'à sa mort. Alors que son frère vit ses derniers souffles, Henri III est en Pologne, qui l'a élu roi et où il devrait épouser la descendante de l'ancien roi. Un tel événement est d'ailleurs étoffé dans le film où on le voit manger du hareng et apprendre le polonais. Alors qu'il vient d'être couronné, il fait son retour en France où il est rappelé. Dans son pays natal, il se marie à Louise de Lorraine de Vaudémont, avec qui il n'aura pas d'enfants. Certains l'accuseront, entre autres, d'être homosexuel. Le manque de descendance ainsi que l'attitude d'Henri III lui valent de ne pas être très populaire auprès de ses sujets. Par exemple, il ne chasse pas et est particulièrement intéressé par divers raffinements, comme la mode. Il s'entoure de jeunes hommes, nommé les mignons, qui doivent à la fois respecter le raffinement propre au roi mais aussi le servir, notamment dans ses démarches diplomatiques.

B. Henri III et les conflits de religion.

Alors que la famille Guise gagne en influence dans Paris, le roi Henri III continue d'être impopulaire à un tel point qu'une révolte prend forme dans la capitale. On l'appelle la journée des barricades. Les parisiens chassent le roi de Paris, qu'il voudra reprendre avec son cousin, Henri IV, via un siège. Le troisième Henri (Henri de Guise) qui marque cette époque a gagné en pouvoir et tend à vouloir imposer ses désirs au roi. En 1588, ce dernier piège Henri de Guise, le convoquant à une réunion, où il se fera exécuté. En 1589, un moine fanatique religieux assassine le roi. Il s'agit de Jacques Clément. La maison des Valois n'a plus d'hériter à fournir au trône. Mourant, Henri III désigne son cousin, Henri de Navarre, comme étant son successeur.

V. Marguerite de France, aussi dite de Valois puis de Navarre.

Elle est née en 1553.

A. Marguerite historique.

Dans la réalité historique, Marguerite est connue comme collectionnant les amants. Visiblement, son mariage avec Henri IV n'est pas très satisfaisant sur le plan émotionnel et elle ne voulait pas se marier avec lui. Ils sont opposés quant à beaucoup d'éléments. Parmi eux, il y a notamment la religion. Ne serait-ce que pour permettre le mariage, il a fallu faire preuve de ruse vis-à-vis de l'église. Henri IV n'était pas autorisé à entrer dans le lieu de culte catholique pour son propre mariage. Ainsi, Marguerite cherche et trouve de l'affection auprès d'autres hommes tout en s'attirant les foudres de la cour. Au vu de sa conduite très libre, elle sera même chassée du Louvre, là où se trouve la cour de France.

Elle n'avait visiblement pas réellement son mot à dire dans la diplomatie du pays. A priori, elle n'aurait pas été au courant de ce qui se tramait concernant les événements de la Saint-Barthélemy. Après la mort de Charles IX, elle tente néanmoins de s'impliquer dans la vie diplomatique du royaume, prenant des décisions souvent jugées étranges voire contradictoires. Elle finit par s'opposer à son frère Henri III et n'est pas en très bon termes avec son mari Henri de Navarre. Etant donné qu'Henri IV n'était pas présent le jour de son mariage, qu'il était le cousin éloigné de sa femme et qu'il était protestant lors des noces, le Vatican autorise que son mariage soit dissolu. Henri IV se remariera avec une noble nommée Marie de Médicis.

B. Marguerite mythique.

Marguerite de Navarre meurt en 1615 et est restée un personnage qui, d'une certaine façon, fascine. Elle a notamment été l'objet d'un film à succès réalisé par Patrice Chéreau (1994) ainsi que d'un roman écrit par Alexandre Dumas (La Reine Margot, 1845). S'organise en fait un mythe autour de son personnage : la reine Margot. On lui prête, souvent à tort, toutes sortes de rôles et de scandales comme la trahison et la consanguinité.

Dans le récit de Madame de Lafayette (ainsi que dans les films de Bertrand Tavernier et Patrice Chéreau), on prête à Marguerite de Valois une relation amoureuse avec le duc de Guise. On peut imaginer que l'auteur joue avec la réputation sulfureuse qui existait autour de ce personnage historique. En outre, cette dernière s'étant éteinte en 1615, on peut penser qu'elle était d'autant plus présente dans la mémoire des contemporains de Madame de Lafayette, qui est née une vingtaine d'années après la mort de Marguerite de Valois.

VI. Les autres enfants.

Parmi les autres enfants, on trouve notamment Elisabeth et François. François est le dernier fils de Catherine de Médicis. Il est un prince de sang et pourrait régner sur la France si Henri III continuait à ne pas avoir d'enfants. Or, après avoir comploté contre sa famille, il meurt en 1584 de maladie. Le royaume a des raisons de penser que son frère aîné n'aura pas d'enfants et c'est ainsi que semble se dessiner petit à petit la fin des Valois sur le trône.         

L'une des autres sœurs des rois Valois se nomme : Elisabeth. Elle a été mariée à un roi espagnol et ainsi est devenu, entre autres, reine d'Espagne.

Conclusion

Certains historiens mais aussi l'imaginaire collectif aiment parler de malédiction qui se serait abattue sur la maison des Valois, comme condamnée à sombrer dans la tragédie.

L'univers populaire du cinéma, de la télévision et de certains romans apprécient particulièrement de parler de la folie qui aurait régné dans cette maison. Certains parlent d'une mère qui aime mais qui haït en même temps, qui dévore ses enfants à coups d'ambition. Dans le film de Bertrand Tavernier, le duc d'Anjou parle de sa mère comme étant une « ogresse », tout en conseillant à Marie de ne pas en avoir peur.

Quelques spécialistes expriment que les fils de Catherine de Médicis ont été les rois plus faibles que l'Histoire de France ait connu. Cette faiblesse, on la retrouve à la fois dans la grande influence de leur mère mais aussi dans leur santé fragile. François II et Charles IX ne sont visiblement pas très robustes. Henri III était, quant à lui, moins frêle mais les décisions qu'il a prises ne lui ont pas permis de résister au contexte politique, si difficile.

En conclusion de ce cours en deux parties, il s'agit de revenir au listing que nous avons fait des personnages. Au sein de ce dernier, nous remarquons que certains personnages mentionnés ont un rôle uniquement historique : le prince de Condé, l'amiral de Châtillon, « la fille de l'empereur Maximilien ». On peut aussi y inclure Catherine de Médicis et le cardinal de Lorraine, qui n'ont qu'un rôle fictif très limité dans la nouvelle (et dans le film). Quant à Charles IX, on peut se poser la question. On peut voir en lui le personnage de jonction entre l'Histoire des Valois et l'histoire amoureuse. C'est ainsi qu'il semble être annoncé dès les premières lignes de l'œuvre : « Pendant que la guerre civile déchirait la France sous le règne de Charles IX, l'amour ne laissait pas de trouver son empire. » Et, il est vrai que lorsqu'il interviendra dans le récit, ce sera pour lier Histoire et histoire. Il repousse le duc de Guise ; ce qui incarne les tensions politiques de l'époque mais aussi pousse ce dernier à s'approcher plus de Madame et à attiser la tristesse de la princesse, dont le duc d'Anjou veut profiter pour « les brouiller ».

D'autres personnages marquent plus clairement qu'ils ont un rôle de jonction entre l'Histoire et l'histoire. Parmi eux, on compte le prince de Montpensier, les ducs de Guise et d'Anjou ainsi que Marguerite de Valois. Sans leur présence, la crédibilité de l'histoire fictive et de l'Histoire ne serait pas assurée. Les uns et les autres sont ou plus utiles à la partie amoureuse de l'intrigue ou plus utile à la partie historique de cette-dernière. Néanmoins, il semble que le duc de Guise soit aussi important pour l'une que pour l'autre.

Enfin, on remarque que d'autres personnages ont uniquement un rôle narratif : la princesse de Montpensier, M. de Montpensier, Mlle de Guise, la princesse de Portien et la marquise de Noirmoutier servent presqu'uniquement l'intrigue amoureuse, bien que l'évocation de leur nom permette, en effet, de nourrir l'impression de réalité historique.

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac L le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac L

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac L

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?