Parodier Hernani - Littérature - Terminale L

Parodier Hernani - Littérature - Terminale L

Retrouve le cours de Littérature Terminale L "Parodier Hernani" (Hernani, Victor Hugo).

Qu’est-ce qu’une parodie ? Dans l’article « Parodie » du Dictionnaire du littéraire, on trouve la définition suivante : « La parodie est l’imitation d’un modèle détourné de son sens initial et, plus généralement, une transformation de texte(s) à des fins généralement comiques et satiriques. »

digiSchool t'accompagne toute l'année dans tes révisions du Bac.

Parodier Hernani - Littérature - Terminale L

Le contenu du document

Qu’est-ce qu’une parodie ? Dans l’article « Parodie » du Dictionnaire du littéraire, on trouve la définition suivante : « La parodie est l’imitation d’un modèle détourné de son sens initial et, plus généralement, une transformation de texte(s) à des fins généralement comiques et satiriques. » 

Pour parodier un texte, le public doit reconnaître les personnages et l’intrigue. Les parodistes s’emploient à débusquer les clichés et les procédés stylistiques afin de les tourner en ridicule. Au XIXe siècle, la parodie est une pratique courante. 

Chaque pièce ayant du succès connaît une réécriture comique. Certains auteurs allaient même jusqu’à communiquer les textes inédits pour en faire la parodie. En ce qui concerne Hernani, ce n’est pas Victor Hugo qui a communiqué son texte avant la première du 25 février 1830. C’est le censeur, Charles Briffault, qui, pour desservir la pièce, a transmis des extraits d’Hernani

C’est pourquoi il existe des parodies d’Hernani avant même que la pièce ne soit jouée ! Mais, l’existence des parodies peut aussi être interprétée d’une autre manière : elle témoigne du succès rencontré par une pièce. Après la première d’Hernani, le 15 février 1830, quatre parodies sont jouées sur les scènes secondaires :

  • Harnali ou la contrainte par cor au Théâtre du Vaudeville ;
  • Oh qu’nenni ou le Mirliton fatal au Théâtre de la Gaîté ;
  • N, I, Ni ou le Danger des Castilles au Théâtre de la Porte Saint-Martin ;
  • Hernani au Théâtre des Variétés.

D’autres parodies circulent comme les Réflexions d’un infirmier de l’hospice de la Pitié sur le drame d’Hernani ou encore Fanfan, troubadour à la représentation d’« Hernani ».

Nous verrons donc dans un premier temps le travestissement opéré par les parodistes, puis les caricatures dont Victor Hugo a fait l’objet.

PRÉREQUIS

  • Bien connaître la pièce de Victor Hugo pour comprendre les enjeux de la parodie.

OBJECTIFS

- Savoir définir la parodie et comprendre ses enjeux.

- Savoir définir la caricature et comprendre ses enjeux.

- Comprendre la réception de la pièce par les parodistes, c’est-à-dire ce qui a fait réagir le public de 1830.

I. LES PARODIES D’HERNANI

A. Les noms des personnages

Les noms des personnages sont souvent travestis par les parodistes. Ainsi, doña Sol est renommée Quasifol dans Harnali ou la contrainte par cor au Théâtre du Vaudeville ; don Carlos devient don Pathos et doña Sol Parasol dans N, I, Ni ou le Danger des Castilles au Théâtre de la Porte Saint-Martin. Dans la parodie Oh qu’nenni ou le Mirliton fatal, Hernani se nomme désormais Oh ! qu’nenni et la belle doña Sol se change en Belle sole. Quant à don Ruy Gomez, il est surnommé le « Dégommé » dans trois parodies. 

Les parodistes jouent avec les sonorités pour parodier les noms du texte source : par exemple, « sol » en espagnol veut dire « soleil ». On comprend alors comment doña Sol donne naissance à Parasol (qui se protège du soleil) ou à Belle sole, la « sole » étant un poisson en français. La complexité des personnages n’est pas comprise et ceux-ci sont vulgarisés par les parodistes.

B. Les scènes parodiées

Dans les parodies, on reconnaît un certain nombre de scènes, scènes qui faisaient déjà réagir le public d’Hernani. Notamment, la scène de l’armoire est amplement parodiée, tout comme la galerie des portraits ou encore les effets du poison sur le corps des amants. 

Par exemple, dans la parodie d’Harnali, la « boulette tragique » faisant référence au poison rime avec le mot « colique » ! Les parodistes accentuent donc la dimension triviale de la pièce en insistant sur la présence du bas corporel.

Il en est de même pour le double dénouement qui n’est pas bien reçu. En effet, à l’Acte IV, le roi don Carlos fait preuve de clémence. Il pardonne à Hernani, lui accorde la main de doña Sol et lui offre la Toison d’Or. Or, à l’Acte V, le bonheur du couple est brisé par le son du cor qui rappelle à Hernani sa promesse : offrir sa vie à don Ruy Gomez quand celui-ci la voudrait. Ainsi, dans la parodie N, I, Ni, à la fin de l’Acte IV, la pièce est interrompue par l’arrivée d’un régisseur qui dit au public :

« Messieurs,

L’administration a l’honneur de prier le public de vouloir bien rester à sa place. On pourrait croire que la pièce est finie ; mais avec un instant de préparation, on aura l’honneur de vous donner le second et le seul dénouement de l’ouvrage. »

 

On comprend qu’il s’agit bien d’une intervention ironique.

C. Quand le style prête à rire

Une parodie réécrit un texte source : on reconnaît bien les personnages et la trame. Mais, les parodistes exacerbent également certains procédés stylistiques. C’est le cas, par exemple, du registre lyrique amplement parodié. Ainsi, dans Harnali : « Qu’une femme astronome, est un être embêtant ! », s’exclame Harnali. Il frappe du pied et s’éloigne brusquement de Quasifol, que les étoiles et la lune rendent élégiaque.

Le registre pathétique est aussi parodié. La longue agonie des amants est réécrite ainsi dans Harnali :

QUASIFOL

Sans doute il faut bien que je meure…

Et toi ?

 

HARNALI

Moi je suis mort depuis plus d’un quart d’heure.

 

Même si la pièce de Victor Hugo est travestie, le nombre important de parodies illustre bien sa popularité.

II. CARICATURER VICTOR HUGO ET SON ŒUVRE

DÉFINITION : Caricature. Une caricature est un portrait, dessiné ou peint, qui met l’accent sur un trait jugé caractéristique du sujet. L’intention d’une caricature peut être plaisante ou satirique.

A. Caricaturer Hernani

On peut tout d’abord commenter une lithographie de l’imprimeur Langplumé intitulée « Sublime d’Hernani. Plat romantique ». Le point de départ est une réplique d’Hernani dans la scène 3 de l’Acte II : « J’écraserais dans l’œuf ton aigle impériale ! ». 

Le symbole de l’empereur (l’aigle) est pris au sens propre : l’œuf utilisé dans la cuisine. Dans la caricature, on peut voir don Carlos métamorphosé en œuf, avec en guise de coiffe une crête de coq tandis qu’Hernani est armé d’une poêle et d’un couteau, comme s’il allait se « faire cuire un œuf ». 

Le titre de la caricature joue avec cette image : le « sublime » pouvant faire penser aux « suprêmes » et la pièce devenant « un plat romantique ».

d0c231b2-02a5-43c3-b1c3-30cf6b606546

Une autre caricature circule. Des « miniatures » représentent des scènes de la pièce. Par exemple, Hernani ne reçoit plus la Toison d’Or mais « l’ordre du pif d’or », la galerie des portraits devient « un album de photographie » et le dénouement est moqué : « Ils viennent d’un enterrement ? Non, ils sortent du 5e acte d’Hernani ».

Quant à Victor Hugo, il est représenté tel un empereur, avec un front démesuré. Il a une lyre à ses pieds, symbole des poètes, et fait tomber avec fracas l’année 1830.

a6454c27-5bb8-4e8e-b387-c6614cff3aa3

B. Caricaturer Victor Hugo

L’homme de lettres est un sujet de prédilection pour les caricaturistes. En plus d’être un écrivain reconnu, Victor Hugo est aussi un homme politique. Son physique est souvent ridiculisé : il est représenté avec un front immense. 

En effet, il est souvent qualifié de « forte tête romantique ». On peut aussi penser au célèbre vers dans le poème « Fonction du poète » (Victor Hugo) : « Lui seul a le front éclairé ». Lors de son exil, le pouvoir a interdit les représentations de l’auteur jusqu’au milieu du Second Empire.

93ff775d-de11-497e-a9e0-7dd3b8048595

Conclusion

Dans cette leçon, nous avons vu comment le drame romantique d’Hernani s’est vu approprier par les parodistes, à des fins comiques et satiriques. Ces parodies montrent que la complexité des personnages n’a pas été bien comprise lors des représentations de 1830. 

Elles témoignent également du succès de la pièce. Victor Hugo a, lui aussi, fait l’objet de nombreuses caricatures qui témoignent de sa renommée, sur la scène littéraire et sur le plan politique.

LE PETIT + DANS TA COPIE

Si le sujet du baccalauréat porte sur la question de la réception de la pièce, tu peux faire référence à l’une des parodies d’Hernani en début d’introduction ou en ouverture dans ta conclusion.

POUR ALLER PLUS LOIN …

Si tu es de passage à Paris, tu peux aller visiter la Maison de Victor Hugo, située au 6 place des Vosges dans le 4e arrondissement. Tu pourras visiter les collections permanentes présentées dans les appartements de l’écrivain. Du 13 septembre 2018 au 6 janvier 2019, se tient une exposition temporaire consacrée aux caricatures dont Victor Hugo a fait l’objet. Tu pourras découvrir une sélection de plus de 150 caricatures datant de 1830 à 1885.

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac L le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac L

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac L

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?