Victor Hugo : L'oeuvre - Littérature - Terminale L

Victor Hugo : L'oeuvre - Littérature - Terminale L

Retrouvez la fiche de cours sur Victor Hugo "L'oeuvre", sur digiSchool pour compléter vos révisions sur Hernani, au programme du Bac Littéraire des années scolaires 2018-2019 et 2019-2020.

Dit l'homme océan, le poète national, Victor Hugo est une figure du patrimoine français incontournable. Politicien (pair de France), dramaturge, romancier, poète, dessinateur, Victor Hugo s'est attaqué à beaucoup de domaines en faisant souvent preuve d'une modernité étonnante.

Téléchargez gratuitement votre fiche de révisions du Bac pour préparer votre épreuve de Littérature.

Victor Hugo : L'oeuvre - Littérature - Terminale L

Le contenu du document

Pour traiter de façon générale le personnage de Victor Hugo, ce cours est divisé en trois parties. La première s'attarde plus sur la personne de Victor Hugo en délivrant des éléments biographiques, en s'intéressant au contexte politique dans lequel il a évolué et en parlant de son engagement. La deuxième fiche (voir ci-dessous) s'intéresse uniquement aux œuvres de Victor Hugo. En préambule, elle définit le contexte littéraire de l'époque de l'auteur. Par la suite, elle traite les œuvres de Victor Hugo selon leur genre. Une telle démarche invite naturellement à se concentrer davantage sur Les Misérables, Cromwell et Hernani. La troisième fiche se concentre sur la fin de la vie de l’auteur (son exil, notamment) et la postérité de cette figure.

PRÉREQUIS

 Faire le bilan des connaissances déjà possédées quant à l’œuvre de Victor Hugo pour définir quels sont les éléments sur lesquels l’attention doit être particulièrement portée.  

OBJECTIFS

  • Comprendre le contexte littéraire dans lequel a évolué Victor Hugo.
  • Connaître les combats idéologiques de Victor Hugo.
  • Se familiariser avec les œuvres majeures de Victor Hugo.
  • Comprendre en quoi Victor Hugo a révolutionné la littérature et s’est ainsi imposé comme poète national.

 

Introduction : le contexte littéraire

 Le XVIIIe siècle avait été marqué, d’un point de vue littéraire, par le mouvement des Lumières qui défendait, en se basant sur la raison, certains idéaux, notamment ceux de tolérance et de liberté. Les divers genres de la littérature avaient été utilisés pour que les philosophes fassent circuler leurs idées. Néanmoins, la poésie s’était moins développée dans la mesure où elle était considérée comme un genre de passion.

Cette passion est de nouveau exploitée par le romantisme. En effet, il s’agit, pour les auteurs romantiques, de dépeindre les sentiments et les tourments de l’âme tout en s’intéressant au rêve. Il ne s’agit plus uniquement de dire la vérité et étudier scientifiquement certains sujets. Pour réaliser un tel travail, les artistes s’autorisent une grande liberté, par rapport au fond et à la forme de l’œuvre.

Ce courant littéraire prend d’abord naissance en Allemagne. En se développant et s’exportant dans d’autres pays (Espagne, France, Angleterre), il s’attelle à d’autres disciplines artistiques telles que la peinture et la musique.

I. LE ROMAN ET LES MISÉRABLES

 Victor Hugo écrit quelques romans, qui sont bien accueillis par le public. Son œuvre majeure reste Les Misérables.

Il semblerait que Victor Hugo ait commencé ce projet d'écriture en 1845 et l'ait travaillé pendant trois ans avant d'en arrêter l'écriture pendant douze ans, pour la reprendre en 1860, lorsqu'il était en exil à Guernesey. L'ouvrage est publié en 1862.

L'ensemble des Misérables se divise en cinq tomes, eux-mêmes divisés en plusieurs livres. Il s'agit d'une œuvre colossale, qui dépeint différentes classes de la société en allant de la campagne proche de Paris à Paris même, en passant par le monde criminel tout en s'intéressant à celui de la bourgeoisie ainsi qu'à celui de la noblesse. L'un des buts de Hugo est de montrer ce que la société peut nous donner à voir. D'ailleurs, il pense que l’écriture se fait à partir d’un travail d’observateur. C'est ainsi qu'il a parfois recours à des personnages ayant existé et se renseigne sur le véritable évêque de Digne. Il visite aussi le bagne de Toulon où est enfermé son personnage Jean Valjean et se renseigne sur le type de commerce qui permet à ce dernier de faire fortune.

Enfin, outre le désir de montrer toutes les couches de la société, Hugo a aussi pour vocation que son œuvre touche un maximum de personnes. Notamment, pour que le coût du livre soit moins important, il demande aux éditeurs de faire une édition populaire à l'aide d'un papier de qualité moindre.

II. LE THÉÂTRE

A. Cromwell

En 1927, Victor Hugo écrit Cromwell, une pièce de théâtre qui n’a jamais été jouée. Elle est donc dite inmontable. Si les comédiens et les metteurs en scène ne peuvent la représenter, c’est notamment car elle met en jeu un nombre trop important de personnages et de décors différents. En outre, pour que sa trame, assez longue, soit représentée, il est estimé qu’il faudrait que la représentation s’étende sur plus de cinq heures. Ce qui importe dans Cromwell est sa préface, qui définit les principes littéraires du drame romantique. Nous avons déjà évoqué le courant romantique dans la partie (ci-dessus) contexte littéraire. Néanmoins, il est bon de rappeler que cette préface définit certains concepts, s'appliquant au théâtre, qu’il peut être bon de savoir.

1. La couleur locale

Victor Hugo parle, notamment, de couleur locale. Cette notion définit le fait que le théâtre doit s’apparenter à la vie réelle. Il faut, notamment, qu’il y ait une cohérence entre l’époque représentée et la façon dont on la représente. Pendant assez longtemps, au théâtre, certaines intrigues s’intéressaient à des périodes plus anciennes mais ne tenaient pas compte des mœurs de l’époque traitée, notamment quant aux comportements et habillements. A présent, par exemple, il faut que les costumes soient d'époque.

2. Oublier les unités

Victor Hugo invite à chasser les unités de lieu et de temps qui sont contraires à la vraisemblance, c’est-à-dire qui ne permettent pas de donner aux événements un caractère plausible, que l’on peut croire.

3. Le sublime et le grotesque dans le drame romantique

Le drame romantique est le type d’œuvre littéraire que veut écrire Hugo et qu’il défend dans la préface de Cromwell. En plus d’être à l’impulsion du courant romantique en général, Victor Hugo est le père du sous-genre théâtral qu’est le drame romantique français. Il considère que ce type d’écriture doit être à l’image de l’homme, comme le dépeint la religion chrétienne. L’homme est à la fois périssable (condition liée à son existence terrestre). Mais, il est aussi éternel car il possède une existence céleste. Le drame doit unir ces deux caractères en dépeignant des personnages et décors à la fois grotesques et sublimes.

B. La bataille d’Hernani

Cet événement sera davantage traité dans un autre cours, en lien avec le programme de littérature du baccalauréat (2018-2019).

Aux alentours de 1830, Victor Hugo se dédie principalement au monde du théâtre. Notamment, il écrit la pièce de théâtre Hernani. Cette pièce transgresse des règles classiques d’écriture en modifiant l’ordre d’annonce de la liste des personnages de l’œuvre, en plaçant des discours prosaïques (banals) dans la bouche des personnages nobles, en multipliant les intrigues, etc. Le non-respect de toutes ces contraintes entraînera une querelle entre les écrivains dits jeunes ainsi que modernes et ceux dits classiques.

 En outre, ce qui oppose ces deux partis est aussi la défense par Victor Hugo du mouvement romantique (français), dont il a été le chef de file (= le créateur et guide), en quelques sortes. Cette confrontation est d’ailleurs connue sous le nom de bataille d’Hernani. Lorsque la pièce Hernani est montée au théâtre, sa représentation est accompagnée de nombreux chahuts.

Ayant prévu que sa pièce ne serait pas bien accueillie par tout le monde, Victor Hugo demande à des personnes le soutenant de lui apporter leur support en étant présentes dans le public. Autour de la bataille d’Hernani s’est créée une légende racontant qu’une partie du public, étant arrivée en avance, mangea, but et même urina au sein du théâtre. Alors que la pièce n’avait pas encore été jouée, beaucoup de personnes s’étaient déjà renseignées sur la pièce et connaissaient son contenu. 

Elles étaient alors prêtes à siffler ou applaudir au moment venu. Malgré les nombreux réfractaires de Victor Hugo, les premières représentations eurent un succès quelque peu surprenant. Néanmoins, la dynamique s’est inversée lors des représentations suivantes et le climat est devenu, petit à petit, plus hostile. Le bilan quant à cette bataille est qu’elle a donné une visibilité plus importante à l’écriture romantique de Victor Hugo.

III. LA POÉSIE

On peut parler de poésie des contraires et de l’antithèse. Hugo est un être double, ne serait-ce que par son contexte familial. En effet, sa mère est royaliste alors que son père est napoléonien. Dans sa poésie, on retrouve des associations surprenantes, des antithèses et des oxymores. En outre, il écrit particulièrement de la poésie lyrique et engagée. On lui connaît le poème « Melancholia » (issu des Contemplations), qui s’indigne du travail des enfants. Il écrit aussi de la poésie lyrique, dans laquelle on retrouve beaucoup la thématique de la nature.

A noter que Victor Hugo a aussi bien écrit en vers réguliers, qu’irréguliers, que libres. Notamment, par souci de modernité, Victor Hugo ne se laisse pas incommoder par la prétendue rigidité de l’alexandrin.

En général, on parle de Victor Hugo comme poète national. Ici, la notion de poète ne fait pas strictement référence à l’écriture poétique de Victor Hugo. Elle évoque en général son travail d’artisan de la langue française.

IV. LE DESSIN

Outre sa très grande activité d’écriture, Victor Hugo dessine, tout particulièrement pendant son temps d’exil. Il joue beaucoup sur la déclinaison d’une couleur au sein d’un tableau. Il utilise la technique du lavis, qui consiste à décliner une couleur par le recours à l’encre de Chine ou à l’aquarelle.

Beaucoup de ses graphes sont assez sombres et mettent en image sa période d’exil (en représentant la nature) ou les causes sociales qu’il défend. Justitia et Ecce Lex s’attaquent ainsi à la peine de mort.  

LE PETIT + DANS TA COPIE

Quand on parle de l’œuvre de Victor Hugo, il est intéressant de pointer le fait que l’auteur a fait preuve d’une grande modernité tout en respectant néanmoins certains schémas de l’écriture classique.

POUR ALLER PLUS LOIN…

Identifiez quelle thématique sociétale traitée par Victor Hugo est, à vos yeux, toujours d’actualité. Écrivez un court article expliquant en quoi la lecture de certaines œuvres de l’auteur est importante pour mieux comprendre le monde dans lequel nous évoluons.

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac L le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac L

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac L

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?