Correction Explication de texte - Philosophie - Bac L 2017

Correction Explication de texte - Philosophie - Bac L 2017

Découvrez la correction de l'explication de texte de l'épreuve de Philosophie du Bac L 2017.
Voir le sujet de Philosophie Bac L 2017 et le corrigé du sujet 1 et du sujet 2.

Voici un corrigé détaillé du sujet 3 de Philosophie Bac L 2017 sur l'explication de texte de Rousseau, Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes.

Téléchargez gratuitement ce corrigé du sujet 3 du Bac L 2017 de Philosophie.

Correction Explication de texte - Philosophie - Bac L 2017

Le contenu du document

 

SUJET N°3 : EXPLICATION DE TEXTE

 

Texte de Rousseau sur la perversion de la société

 

Notions en jeu : société, culture, (bonheur)

 

AVANT-PROPOS

 

Il est avant tout primordial de comprendre que ces éléments de corrigé ne constituent en aucun cas un “corrigé type”, mais seulement des exemples de traitement possible de ce sujet d’explication de texte. 

En philosophie la démarche de pensée individuelle et la logique de l’argumentation est ce qui rendra un travail bon le jour de l’épreuve. 

Il n’y a pas un plan possible mais plusieurs, même s’il faut méthodiquement procéder de manière linéaire (expliquer ligne après ligne, du début à la fin, et montrer comment l’argumentation se déroule). Ce corrigé se veut donc avant tout une explication d’un texte et des attentes que suppose cette épreuve différente de la dissertation, et non un corrigé type comme on pourrait en trouver en sciences dures : mathématiques…

 

TEXTE A EXPLIQUER

 

Expliquer le texte suivant : 

« Un Auteur célèbre*, calculant les biens et les maux de la vie humaine et comparant les deux sommes, a trouvé que la dernière surpassait l’autre de beaucoup et qu’à tout prendre la vie était pour l'homme un assez mauvais présent. Je ne suis point surpris de sa conclusion ; il a tiré tous ses raisonnements de la constitution de l’homme Civil : s'il fût remonté jusqu'à l’homme Naturel, on peut juger qu'il eût trouvé des résultats très différents, qu'il eût aperçu que l’homme n'a guère de maux que ceux qu'il s'est donnés lui-même, et que la Nature eût été justifiée. Ce n'est pas sans peine que nous sommes parvenus à nous rendre si malheureux. Quand d'un côté l’on considère les immenses travaux des hommes, tant de Sciences approfondies, tant d'arts inventés ; tant de forces employées ; des abîmes comblés, des montagnes rasées, des rochers brisés, des fleuves rendus navigables, des terres défrichées, des lacs creusés, des marais desséchés, des bâtiments énormes élevés sur la terre, la mer couverte de Vaisseaux et de Matelots ; et que de l’autre on recherche avec un peu de méditation les vrais avantages qui ont résulté de tout cela pour le bonheur de l'espèce humaine, on ne peut qu'être frappé de l’étonnante disproportion qui règne entre ces choses, et déplorer l'aveuglement de l’homme qui, pour nourrir son fol orgueil et je ne sais quelle vaine admiration de lui-même, le fait courir avec ardeur après toutes les misères dont il est susceptible et que la bienfaisante nature avait pris soin d'écarter de lui. »

* il s’agit de Maupertuis, philosophe et mathématicien.

ROUSSEAU, Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes.    

 

La connaissance de la doctrine de l’auteur n’est pas requise. Il faut et il suffit que l’explication rende compte, par la compréhension précise du texte, du problème dont il est question. 

 

PRESENTATION DU SUJET

 

Ce texte de Rousseau a trait à plusieurs notions classiques du programme de terminale L, “la culture” et “la société” (la dernière faisant partie du grand domaine ‟la politique”).

Il s’agit d’un texte allant à l’encontre des idées du Contrat social, qui livre ici une critique de la société et de la culture, comme aboutissant à une dégradation de la vie humaine. La société, selon Rousseau, est emprunte 

 

ANALYSE DU TEXTE

 

• Une explication de texte doit répondre à des attentes précises : lorsque j’explique un texte je dois montrer quelle est la thèse de l’auteur sur un sujet précis (son point de vue) et quelle stratégie argumentative il met en place pour donner sa thèse (de quelle manière il s’y prend ? Quel type d’argumentation il choisit ? Quels procédés sont les siens ? etc.). 

• Il faut aussi voir si la position défendue par l’auteur est originale ou pas, et qu’est-ce que cela nous apprend sur le sujet. En effet, si la connaissance de la doctrine de l’auteur n’est pas requise, chaque extrait à expliquer fait partie d’un thème au programme de philosophie, qu’on est censé connaître. Ainsi, on peut faire dialoguer la position de l’auteur avec nos connaissances sur la question, afin de voir si sa thèse est subversive ou classique, originale ou non.

• L’idéal serait aussi de mettre en évidence un enjeu : manière par exemple que le texte a de faire résonner une question plus générale.

• Dans une première lecture du texte, afin de vous assurer que vous l’avez bien compris (et que vous pouvez donc commencer l’explication), il faut pouvoir répondre aux six attentes de l’Introduction, ce que nous allons donc faire ici.

 

1) Situation du texte 

Dans ce texte, extrait du livre Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, Rousseau...

 

2) Thème du texte (de quoi cela parle, quel est le domaine général auquel il a trait) 

... s’intéresse aux conséquences de la vie sociale sur l’humanité en général.

 

3) Problème du texte

Ce texte met en lumière un réel paradoxe : alors que l’entrée en société, le contrat social, donne une vision ultra positive de la sortie de l’état de nature (égalité entre les hommes cadrée par les lois), concrètement, si l’on se jauge sur le bonheur des individus, la société a des effets plus que négatifs et amène au malheur. Comment donc sortir de cela ?

 

4) Thèse du texte (point de vue défendu par Rousseau)

Ce n’est pas la société en tant que telle qui amène au malheur, c’est l’homme qui ne se contrôle plus, qui écoute trop ses passions (orgueil, vanité) et qui donc rend la société mauvaise en lui donnant un tournant démesuré...

 

5) Enjeu

Comment construire une société plus digne et juste, tout en gardant certains mouvements naturels indispensables à notre humanité ?

 

6) Annonce du plan (étapes par lesquelles Rousseau procède). 

Pour mener à bien son argumentation, Alain procède en deux temps. Dans un premier temps, Rousseau, à l’appui de Maupertuis, fait un constat : celui d’une vie humaine bien malheureuse lorsqu’il est dans l’état civil, contrairement à l’état naturel bienheureux... Dans un second temps, Rousseau met la pleine responsabilité sur l’homme qui, entrant en société, perd sa morale naturelle, fait des actes démesurés, se pervertit en se dénaturant et fait de la société une dénaturation irraisonnée de la nature.

 

PROPOSITION DE PLAN

 

I. Un constat : une vie malheureuse due à la société alors que le bonheur est dans la nature.

« Un Auteur célèbre*, calculant les biens et les maux de la vie humaine et comparant les deux sommes, a trouvé que la dernière surpassait l’autre de beaucoup et qu’à tout prendre la vie était pour l'homme un assez mauvais présent. »

↳ Rousseau commence en citant un philosophe autre que lui : Maupertuis, qui aurait fait un calcul quant à notre existence humaine, et il en résulte que nous avons plus de maux que de biens, que la vie humaine est davantage malheureuse qu’heureuse. Quand on sait que le bonheur est l’idéal classique du 18ème siècle, une telle entrée en matière ne peut qu’être efficace. Si notre vie n’est pas heureuse, c’est qu’il y a un raté, et il faut trouver une solution.

 

« Je ne suis point surpris de sa conclusion ; il a tiré tous ses raisonnements de la constitution de l’homme Civil : s'il fût remonté jusqu'à l’homme Naturel, on peut juger qu'il eût trouvé des résultats très différents, qu'il eût aperçu que l’homme n'a guère de maux que ceux qu'il s'est donnés lui-même, et que la Nature eût été justifiée. »

↳ La cause de notre malheur existentiel, c’est ni plus ni moins que la société. Cette idée est très connue chez Rousseau, mais il se cache encore derrière Maupertuis pour l’affirmer. On voit ici une opposition très nette entre l’homme civil (l’homme de la société) et l’homme naturel (l’homme de l’état de nature). En société, il y a des maux, artificiels, que l’homme s’est donné à lui-même mais qui n’existent pas dans sa condition naturelle. Dans la nature au contraire, ces maux n’existent pas. Comme s’il y avait une nature bienheureuse (cf. aussi le mythe du bon sauvage, extrêmement prégnant au 18ème siècle). De sorte que pour Rousseau, en ces termes la nature ne paraît pas dépassable (son état est “justifié”, donc légitime). En effet, pourquoi donc sortir de la nature et vouloir entrer en société, si c’est pour tout y perdre ? Selon le calcul énoncé par Rousseau, aucun gain réel dans ce passage à l’état civil.

 

II. Explication de ce constat : l’orgueil des hommes à l’œuvre.

« Ce n'est pas sans peine que nous sommes parvenus à nous rendre si malheureux. Quand d'un côté l’on considère les immenses travaux des hommes, tant de Sciences approfondies, tant d'arts inventés ; tant de forces employées ; des abîmes comblés, des montagnes rasées, des rochers brisés, des fleuves rendus navigables, des terres défrichées, des lacs creusés, des marais desséchés, des bâtiments énormes élevés sur la terre, la mer couverte de Vaisseaux et de Matelots ; [...] » 

↳ Rousseau approfondit son point de vue, et précise que nous sommes totalement responsables de nos malheurs, qui sont ici issus de tout le travail que l’on a fait, au sens strict de “transformation de la nature”. En effet, cette phrase est un diptyque : au tout début, sont listés de manière positive les actions humaines (on note à cet égard l’usage de superlatifs : « immenses travaux des hommes », « tant de sciences approfondies, d’arts inventés »), mais l’autre bout de la phrase transforme les choses en négatif, insistant sur la dénaturation du paysage et de la nature (« terres défrichées, lacs creusés, marais desséchés, mer couverte... ». Cette phrase illustre très bien ce paradoxe : alors qu’il œuvre pour se perfectionner, pour faire des choses utiles à sa vie sur Terre, en même temps l’homme œuvre à son malheur parce qu’il détruit la nature... On comprendra vraiment pourquoi avec la fin du texte.

 

« … et que de l’autre on recherche avec un peu de méditation les vrais avantages qui ont résulté de tout cela pour le bonheur de l'espèce humaine, on ne peut qu'être frappé de l’étonnante disproportion qui règne entre ces choses, et déplorer l'aveuglement de l’homme qui, pour nourrir son fol orgueil et je ne sais quelle vaine admiration de lui-même, le fait courir avec ardeur après toutes les misères dont il est susceptible et que la bienfaisante nature avait pris soin d'écarter de lui. »

 

↳ Rousseau revient à son idée de calcul (« rechercher les avantages ») et demande à ce que l’on réfléchisse clairement pour dépasser les apparences (« les vrais avantages », « aveuglement »). En réalité, il y a une très forte disproportion entre ce qu’apporte la société et ce qu’apporte la nature, et cela est dû à un vice de l’homme (alors que par nature, chez Rousseau, il y a de la bonté : « la bienfaisante nature »), et même à plusieurs : il est aveuglé par son « fol orgueil », « sa vaine admiration de lui-même », qui lui font faire des choses contraires au respect de lui-même, aux conséquences néfastes pour l’humanité en général et le progrès moral.

D’un œil qui est le nôtre aujourd’hui, on peut lire ce texte comme étant précurseur de textes comme La dialectique de la raison, d’Horkheimer ou Adorno, ou même la critique de la technique chez Heidegger. Une sorte de désenchantement du monde qui n’est dû qu’à notre technophilie nous éloignant sans cesse de notre bonté naturelle. 

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac L le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac L

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac L

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?