Corrigé n°1 de Philosophie - Bac L 2019 - Terminale L

Corrigé n°1 de Philosophie - Bac L 2019 - Terminale L

Télécharge gratuitement le corrigé du sujet de Philosophie du Bac L 2019 pour t'auto-évaluer dès la sortie de l'examen ! Si tu as des doutes, nous corrigeons également en LIVE chaque épreuve du Bac pour t'accompagner. Cette année le sujet était "Est-il possible d’échapper au temps ?".

Tous les sujets et corrigés du bac L 2019 sur notre article digiSchool.fr et sur notre page du Bac 2019, fonce voir !

digiSchool, c'est aussi des LIVES de révisions avant les épreuves, des LIVES de correction dès la sortie de l'examen, et des fiches et notions en vidéo sur notre chaîne YouTube toute l'année pour t'accompagner !

Corrigé n°1 de Philosophie - Bac L 2019 - Terminale L

Le contenu du document

 

 

Retrouve dès la fin de ton épreuve notre LIVE de correction !

Dans le poème Le Lac, Lamartine écrit, s’adressant au temps en le personnalisant : « ô temps, suspends ton vol ! » Plus loin, il écrit : « Mais je demande en vain, quelques moments encore, le temps m’échappe et fuit : je dis à cette nuit, sois plus lente ; et l’aurore va dissiper la nuit ».

Le temps apparaît ainsi comme ce qui m’échappe : ce que je ne peux contraindre, ce qui se soustrait à ma volonté. En ce sens, le temps est ce qui m’échappe plus que ce à quoi j’échappe moi-même. Ainsi, dans le sujet « est-il possible d’échapper au temps ? », est suggéré qu’en désirant que celui-ci ait un rythme différent, nous pourrions nous y soustraire. 

C’est donc de notre rapport au temps dont il est question ici. Or, nous pouvons ressentir communément que nous subissons plutôt le temps, comme des esclaves subissent le rythme donné par le contremaître. En effet, si nous pouvions « échapper » au temps, nous nous en rendrions maître : nous choisirions du rythme à donner à notre existence.

Il y a donc ici, une ambiguïté : le temps auquel nous voulons échapper nous est donc extérieur, le temps social par exemple. Or, le temps est aussi une donnée de notre réalité : il qualifie la conscience que nous avons d’être mortel et de ne pouvoir jamais échapper à ce caractère fini de notre nature. 

Se poser donc la question de la possibilité d’échapper au temps, c’est supposer plusieurs temps : celui qualifiant ma nature temporelle, mortelle, celui qualifiant ma nature sociale, extérieur à moi, celui enfin dont je fais l’expérience intime et qui se distingue des deux premiers. Dès lors, si je peux échapper au temps, est-ce en un sens absolu (expérience a – temporelle) ou relatif (je pourrais échapper à un de ces temps) ?

Le problème est ainsi le suivant : en quoi la réalité paradoxale du temps me rend libre du rapport que j’entretiens avec lui ?

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac L le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac L

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac L

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?