Corrigé sujet 3 Explication de texte - Philosophie Bac L Pondichéry 2016

Corrigé sujet 3 Explication de texte - Philosophie Bac L Pondichéry 2016

digiSchool Bac L vous donne le corrigé de Philosophie du Bac L de Pondichéry 2016. Ce document est la correction du sujet 3 sur l'explication de texte de Kant : sur le devoir envers les animaux.

Les notions en jeu dans le sujet 3 de l'épreuve de philosophie du Bac L de Pondichéry 2016 étaient le devoir, le vivant et la morale. Ce corrigé a été rédigé par notre professeur de philosophie, où il va vous présenter le sujet, analyser le texte et faire une proposition de plan. En cela il est seulement un corrigé parmis d'autres qui pourra vous aider dans votre piste de réflexion.

Téléchargez gratuitement ci-dessous le corrigé du sujet 3 de Philo du Bac L de Pondichéry 2016 !
Consultez le sujet de Philosophie du Bac L de Pondichéry 2016

Corrigé sujet 3 Explication de texte - Philosophie Bac L Pondichéry 2016

Le contenu du document



CORRIGE DU SUJET 3 : L'EXPLICATION DE TEXTE

Texte de Kant sur le devoir envers les animaux

Notions en jeu : le devoir, le vivant, la morale.


AVANT-PROPOS

Il est avant tout primordial de comprendre que ces éléments de corrigé ne constituent en aucun cas un “corrigé type”, mais seulement des exemples de traitement possible de ce sujet d’explication de texte. 

En philosophie la démarche de pensée individuelle et la logique de l’argumentation est ce qui rendra un travail bon le jour de l’épreuve. 

Il n’y a pas un plan possible mais plusieurs, même s’il faut méthodiquement procéder de manière linéaire (expliquer ligne après ligne, du début à la fin, et montrer comment l’argumentation se déroule). Ce corrigé se veut donc avant tout une explication d’un texte et des attentes que suppose cette épreuve différente de la dissertation, et non un corrigé type comme on pourrait en trouver en sciences dures : mathématiques…


TEXTE A EXPLIQUER DU SUJET 3 DE PONDICHERY 2016

Expliquer le texte suivant : 

« Concernant la partie des créatures qui est vivante, bien que dépourvue de raison, un traitement violent et en même temps cruel des animaux est […] intimement opposé au devoir de l’homme envers lui-même, parce qu’ainsi la sympathie à l’égard de leurs souffrances se trouve émoussée en l’homme et que cela affaiblit et peu à peu anéantit une disposition naturelle très profitable à la moralité dans la relation avec les autres hommes – quand bien même, dans ce qui est permis à l’homme, s’inscrit le fait de tuer rapidement (d’une manière qui évite de les torturer) les animaux, ou encore de les astreindre à un travail (ce à quoi, il est vrai, les hommes eux aussi doivent se soumettre), à condition simplement qu’il n’excède pas leurs forces ; à l’inverse, il faut avoir en horreur les expériences physiques qui les martyrisent pour le simple bénéfice de la spéculation, alors que, même sans elles, le but pourrait être atteint. Même la reconnaissance pour les services longtemps rendus par un vieux cheval ou un vieux chien (comme s’ils étaient des personnes de la maison) appartient indirectement aux devoirs de l’homme, à savoir au devoir conçu en considération de ces animaux, mais cette reconnaissance, envisagée directement, n’est jamais qu’un devoir de l’homme envers lui-même. »

KANT, Doctrine de la vertu, 1797.    

La connaissance de la doctrine de l’auteur n’est pas requise. Il faut et il suffit que l’explication rende compte, par la compréhension précise du texte, du problème dont il est question. 


PRESENTATION DU SUJET 3 DE PHILOSOPHIE DE PONDICHERY

Ce texte de Kant a trait à deux notions classiques du programme de terminale, le vivant, faisant partie du grand domaine ‟La raison et le réel” et le devoir, qui fait partie du grand domaine de ‟la morale”.

Il s’agit d’un texte à portée morale puisque Kant y questionne qui questionne les devoirs de l’être humain envers les animaux, et les conséquences éthiques et morales de ses actions envers le vivant.


ANALYSE DU TEXTE DU SUJET 3 DE PHILOSOPHIE BAC L DE PONDICHERY 2016

• Une explication de texte doit répondre à des attentes précises : lorsque j’explique un texte je dois montrer quelle est la thèse de l’auteur sur un sujet précis (son point de vue) et quelle stratégie argumentative il met en place pour donner sa thèse (de quelle manière il s’y prend ? Quel type d’argumentation il choisit ? Quels procédés sont les siens ? etc.). 

• Il faut aussi voir si la position défendue par l’auteur est originale ou pas, et qu’est-ce que cela nous apprend sur le sujet. En effet, si la connaissance de la doctrine de l’auteur n’est pas requise, chaque extrait à expliquer fait partie d’un thème au programme de philosophie, qu’on est censé connaître. Ainsi, on peut faire dialoguer la position de l’auteur avec nos connaissances sur la question, afin de voir si sa thèse est subversive ou classique, originale ou non.

• L’idéal serait aussi de mettre en évidence un enjeu : manière par exemple que le texte a de faire résonner une question plus générale.

• Dans une première lecture du texte, afin de vous assurer que vous l’avez bien compris (et que vous pouvez donc commencer l’explication), il faut pouvoir répondre aux six attentes de l’Introduction, ce que nous allons donc faire ici.


1.Situation du texte 

Dans ce texte, extrait du livre De la vertu, Kant...


2.Thème du texte (de quoi cela parle, quel est le domaine général auquel il a trait) 

... s’intéresse respect du vivant, et plus précisément au devoir que nous avons, nous, hommes, de respecter les animaux.


3.Problème du texte

Un tel devoir semble paradoxal sous la plume de Kant, qui considèrent les animaux comme dénués de toute valeur morale puisque non dotés de raison. Comment donc le comprendre et le concevoir ?


4.Thèse du texte (point de vue défendu par Kant)

Kant n’est ni paradoxal en réalité, ni schizophrène : s’il pense que nous devons respecter les animaux, ce n’est en réalité qu’un devoir indirect envers eux. Ce n’est pas eux, ce faisant, que l’on respecterait, mais l’homme. Le devoir indirect envers les animaux n’existerait que parce qu’il serait directement un devoir de l’homme envers lui-même et envers toute l’humanité.


5.Enjeu

Face à un texte aussi polémique de nos jours, on pourrait se demander s’il est légitime de parler de devoir quand les animaux sont aussi peu respectés pour eux-mêmes, si donc la notion de devoir indirect n’est pas qu’un leurre conceptuel.


6.Annonce du plan (étapes par lesquelles Kant procède). 

Pour mener à bien son argumentation, Kant procède en deux temps. Dans un premier temps, le philosophe explique que nous devons respecter les animaux, malgré leur absence de raison, et ce pour respecter l’homme. Ceci semble assez paradoxal mais Kant éclaircit les choses dans un second temps : le respect de l’animal est un devoir indirect envers ce dernier, mais un devoir direct de l’homme envers lui-même et envers l’humanité toute entière.


PROPOSITION DE PLAN DE L'EXPLICATION DE TEXTE DU SUJET DE PHILOSOPHIE BAC L

I. Respecter les animaux qui sont pourtant des êtres privés de valeur morale, pour respecter l’homme.

« Concernant la partie des créatures qui est vivante, bien que dépourvue de raison, un traitement violent et en même temps cruel des animaux est […] intimement opposé au devoir de l’homme envers lui-même, »

↳ On pourrait croire de prime abord que Kant s’oppose à des penseurs défendant l’idée qu’il n’y a de droit (et donc de devoirs) que pour des êtres pourvus de raison, donc les hommes. En ce sens les animaux auraient des droits, dont ceux de ne pas être maltraités, objets de cruauté et de perversité humaine. Mais en fait, ce n’est pas ce que dit Kant. Ce n’est pas que les animaux ont en eux-mêmes des droits, pour Kant, c’est que ne pas respecter les animaux entre en conflit avec « le devoir de l’homme envers lui-même ». Les animaux n’ont aucun droit en tant que tels, mais en tant qu’hommes nous devons les respecter. Pourquoi ?


« parce qu’ainsi la sympathie à l’égard de leurs souffrances se trouve émoussée en l’homme et que cela affaiblit et peu à peu anéantit une disposition naturelle très profitable à la moralité dans la relation avec les autres hommes » 

↳ C’est pour une raison indirecte que nous avons des devoirs envers les animaux (et encore, ces devoirs sont seulement de ne pas les maltraiter...) : si nous sommes cruels envers eux, nous risquons d’exhorter cette cruauté dans nos rapports avec les hommes, de ne plus trouver de sympathie à l’égard de nos semblables, et là ce n’est plus moral du tout, puisque nous devons respecter absolument tout autre homme, agir uniquement de telle sorte qu’il soit considéré comme une fin et non uniquement comme un moyen. Pourquoi nous risquons d’être immoraux ? parce que notre volonté se partage entre Willkür, une volonté passionnelle et empirique en proie à ne pas être morale, et la Wille, volonté de la loi morale pure.


« – quand bien même, dans ce qui est permis à l’homme, s’inscrit le fait de tuer rapidement (d’une manière qui évite de les torturer) les animaux, ou encore de les astreindre à un travail (ce à quoi, il est vrai, les hommes eux aussi doivent se soumettre), à condition simplement qu’il n’excède pas leurs forces ; »

↳ Dans cette phrase, nous comprenons que Kant différencie l’animal de l’homme et ne les place absolument pas sur le même plan. En effet Kant précise qu’il est possible non seulement d’utiliser l’animal (donc le considérer comme un moyen uniquement), mais aussi de le consommer. Dans les Fondements de la métaphysique des mœurs, Kant écrit ceci : « l’on peut dire des plantes (par exemple, des pommes de terre) et des animaux domestiques, dans la mesure où, du point de vue de leur abondance, ils constituent l’œuvre de l’homme, qu’on est en droit de les utiliser, de les exploiter et de les consommer (de les faire abattre) ». Ainsi, les animaux n’ont aucun droit en eux-mêmes, pas plus qu’une tige ou une herbe ils n’ont de valeur morale.


II.Le respect des animaux, un devoir indirect envers l’animal, mais un devoir direct de l’homme envers lui-même.

« à l’inverse, il faut avoir en horreur les expériences physiques qui les martyrisent pour le simple bénéfice de la spéculation, alors que, même sans elles, le but pourrait être atteint. »

↳ Nous pouvons comprendre cette phrase comme une condamnation de la violence gratuite, condamnable pour les mêmes raisons que la cruauté dénoncée plus haut : à s’y risquer envers les animaux, on risque de se pervertir dans les rapports humains, en nous habituant à ne pas agir selon la pureté de la loi morale et à incliner notre Willkür de manière trop passionnelle/


« Même la reconnaissance pour les services longtemps rendus par un vieux cheval ou un vieux chien (comme s’ils étaient des personnes de la maison) appartient indirectement aux devoirs de l’homme, à savoir au devoir conçu en considération de ces animaux, »

↳ Kant, après avoir dit des choses plutôt aberrantes (du moins d’un point de vue actuel) sur les animaux, indignes de respect en eux-mêmes, explique pourquoi il faut malgré tout considérer les animaux domestiques comme un chien ou un cheval tels des personnes ! « Personne », le mot est fort puisqu’il désigne l’être ayant une valeur morale, l’être digne de respect, c’est-à-dire l’homme. Autrement dit, respecter l’animal constitue un devoir indirect de l’homme envers un être qu’il pourrait comparer à lui-même, mais qui n’est pas lui-même. Pourtant il doit le comparer à lui-même d’un certain point de vue. Lequel ?


« mais cette reconnaissance, envisagée directement, n’est jamais qu’un devoir de l’homme envers lui-même. »

↳ Du point de vue du devoir direct de l’homme envers lui-même, c’est-à-dire la loi morale qui lui impose un respect absolu de son prochain. Autrement dit, respecter les animaux un tant soit peu (car ils sont dénués en tant que tels de valeur morale, puisqu’ils n’ont pas de raison et ne sont pas véritablement des personnes, contrairement aux hommes) n’est valable que du point de vue moral de l’humain envers lui-même, comme devoir d’humanité, finalement.

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac L le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Chaque semaine recevez des conseils de révisions de la part de votre
coach bac !

Recevoir

Nos infos récentes du Bac L

Communauté au top !

Révise ton BAC
Contenus en illimité

Inscription gratuite

Accès gratuit pour préparer le bac !

Vous devez être membre de digiSchool bac L

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?