Fiche de révision : L'Histoire - Philosophie - Terminale L

Fiche de révision : L'Histoire - Philosophie - Terminale L

Nous mettons à votre disposition cette fiche de révision de philosophie, rédigée par notre professeur, qui porte sur l'Histoire, chapitre au programme de Philosophie de Terminale L.

Cette fiche de révision de philosophie sur l'Histoire vous résumera toutes les notions à maîtriser : mots clés, auteurs à connaître (Pascal, Kant, Hegel, Nietzsche, Marx), citations philosophiques sur l'histoire, mais aussi thèmes pour construire une problématique et sujets possibles sur le thème de l'histoire en philosophie.

Téléchargez gratuitement cette fiche de résumée sur l'Histoire ci-dessous, utile pour l'épreuve de philosophie du Bac L !

Fiche de révision : L'Histoire - Philosophie - Terminale L

Le contenu du document

 

NOTIONS A MAITRISER

L'histoire commence avec l’avènement de l'écriture : cette dernière marque la possibilité de laisser des traces verbales du temps qui passe. Aujourd'hui, ces formes d'écriture sont multiples et sont essentiellement imagées.

Parler d'histoire veut dire se situer du point de vue du temps qui passe et constater son irréversibilité (on ne peut pas retourner dans le passé pour le transformer, à part en imagination). La discipline de l'histoire a pour objectif de conserver une mémoire sur les faits du passé. 

Mais elle ne doit pas fonctionner comme la mémoire individuelle qui retient les événements de manière arbitraire ( elle a été marquée, ça a lui a plu...) mais retrouver le fil qui marque l'enchaînement des faits et le changement d'époques par exemple L'histoire travaille donc à partir de matériaux tangibles ( on peut en faire l'expérience sensible : témoignages, objets, données officielles) mais souvent fragiles : ce sont des petits bouts qu'il faut recoller entre eux pour dessiner une ambiance, une façon de vivre, des habitudes de pensée. Tout cela doit se faire de manière différée alors que l'historien est influencé par une autre manière de vivre et de pensée. Il peut alors faire de mauvaises conjectures = il fait des liens entre les événements qui ne sont pas réels mais qu'il invente depuis son époque. C'est pour cela qu'il y a des désaccords entre les historiens.

Certains philosophes pensent que l'histoire est un mouvement nécessaire (qui ne peut pas être autrement) qui conduit vers une fin meilleure ou plus rationnelle. Les grands hommes de l'histoire seraient alors les acteurs / moteurs de cette histoire rationnelle. 

D'autres penseurs s'attachent à retrouver le sens d'une époque en considérant les modes de vie particuliers, les habitudes des groupes sociaux et la vie des anonymes. L'histoire la plus fidèle serait la petite histoire. Quelle que soit leur méthode historique, les historiens proposent un récit, une narration du passé qui procède par reconstitution et qui ne pourra jamais se confondre avec la vérité d'une époque puisque son temps est définitivement révolu (il n'existe plus, il n'est plus là.)

Enfin, il y a dans l'histoire des ruptures et des continuités. Il y a toujours des humais qui ont pris le pouvoir et d'autres qui l'ont pris (ou presque) mais il y a aussi des changements de gouvernement, de croyances, d'idées. Pour certains, le cours de l'histoire est le fil d'un progrès vers le mieux, pour d'autres, l'histoire n'a pas de sens, elle est pure contingence (elle va dans un sens ou un autre selon le hasard).

 

LES AUTEURS A CONNAITRE

Pascal, Préface du traité du vide

Il y a  deux voies d’accès à la connaissance : l’une qui concerne les sciences de raisonnement, et l’autre, les sciences historiques. La différence de nature de ces deux sortes de sciences provient de celle de leurs sources : les premières sont tirées des facultés dont l’homme a un usage libre et immédiat, c'est-à-dire les sens et la raison ; les autres échappent à ces facultés et doivent être reçues par d’autres voies : ce sont les sciences de la mémoire et du témoin. Dans le domaine historique, on doit accepter de s'en remettre à l'autorité des témoins. On ne peut pas reproduire l'expérience du passé ( alors qu'on pourrait très bien reproduire une expérience scientifique). Il y a un caractère irréversible, l'histoire vit dans les traces que proposent les différents témoignages.

 

Kant, Idée d'une histoire universelle d'un point de vue cosmopolitique

L'auteur se demande si le cours de l'histoire est une progression. On peut noter en grand nombre des événements négatifs dans l'histoire ( la chute de l'empire romain ou le déclin de l'Egypte des pharaons par exemple). Ce qui montre que l'histoire est parfois synonyme de régression. Pourtant, il faut considérer le mouvement général de l'histoire comme une tension vers un mieux, la recherche d'un idéal. C'est ce qui permettra de motiver l'action morale des humains. Il faut donc montrer que le progrès est en droit ( = dans la pensée) possible.

L'idée d'une histoire universelle ( qui tend nécessaire vers le bien) est un fil conducteur pour les humains, parfois interrompu mais jamais rompu.

 

Hegel, La raison dans l'histoire

L'auteur montre que l'histoire est faite par les Grands Hommes. Ce sont des conducteurs d'âmes auxquels l'histoire rend hommage une fois qu'ils ont disparu et avec le recul nécessaire pour en repérer l'action exceptionnelle. En satisfaisant leurs propres fins, ils parviennent à servir l'humanité toute entière. Ce sont des personnalités qui sont irrésistiblement poussées à accomplir leurs œuvres et, en l'accomplissant, changent le cours de l'histoire.

 

Nietzsche, Seconde considération intempestive

Il montre l'importance de l'oubli dans les études historiques. L'oubli est actif lorsqu'il permet à un peuple de retrouver sa capacité créatrice et sa dynamique de vie. La mémoire est une chose importante mais il faut aussi savoir oublier ( voir fiche sur l'existence et le temps).

 

Marx, Critique de l'économie politique

Pour le philosophe, ce ne sont pas les idées des hommes qui font le sens de l'histoire. Pour un matérialiste comme Marx, l'histoire est déterminée par des éléments matériels : à partir des éléments de vie réelle des humains.  Ce sont les rapports de production : la distinction entre ceux qui possèdent les moyens de productions et ceux qui travaillent, qui vont définir le sens de l'histoire. L'histoire a une finalité : la lutte des classes qui permettra d'entrer dans une société sans classe ( la société communisme). Avant d'entrer dans cette fin de l'histoire, il faudra un soulèvement de la classe exploitée et sa prise de pouvoir.  C'est le sens de l'histoire.

 

CITATIONS PHILOSOPHIQUES SUR L'HISTOIRE

Pascal, Préface au traité du vide

« Toute la suite des hommes, pendant le cours des siècles, doit être considérée comme un même homme qui subsiste toujours et qui apprend continuellement. »

L'homme individuellement, et au cours de sa vie, s'instruit continuellement, c'est ce qui le distingue de l'animal. Il tire avantage à la fois de ses expériences personnelles mais aussi des expériences de ses prédécesseurs. Il y a donc une progression de l'humanité.

 

Hegel, La raison dans l'histoire

« Ils (les grands hommes) ont eu le bonheur d'être les agents d'un but qui constitue une étape dans la marche progressive de l'Esprit universel. »

Voir ci-dessus

 

Cournot, Considérations sur la marche des idées et des événements dans les temps modernes

« Aucune idée (...) ne tient de plus près à la famille des idées religieuses que l'idée de progrès, et n'est plus propre à devenir le principe d'une sorte de foi religieuse pour ceux qui n'en ont plus d'autre. »

Le progrès est un mythe, la nouvelle croyance des hommes de science. Croire que l'histoire suit une courbe ascendante est comparable en la croyance en un Dieu.

 

Merleau-Ponty, Sens et non sens

« Notre seul recours est dans une lecture du présent aussi complète et aussi fidèle que possible, qui n'en préjuge pas le sens, qui même reconnaisse le chaos et le non-sens là où ils se trouvent, mais qui ne refuse pas de discerner en lui une direction et une idée, là où elles se manifestent. »

L'histoire est un travail précis et rigoureux grâce auquel on fait correspondre des traces et des témoignages. Il faut appréhender cette matière sans préjugé, ni idéologie et la regarder pour ce qu'elle est. Si elle montre du non-sens, il faut savoir le reconnaître. De la même façon que si elle révèle un sens, quelque chose qui a une direction, il ne faut pas s'empêcher de le voir par idéologie.

 

LES OPPOSITIONS QUI PEUVENT SERVIR A CONSTRUIRE LES PROBLEMATIQUES SUR L'HISTOIRE

  • Mythologie / histoire : la mythologie est l'ensemble de récits inventés par l'imagination  alors que l'histoire est fondée sur des éléments tangibles (que l'on peut toucher, voir ou entendre).
  • Mémoire / oubli
  • Rupture /continuité : il y a dans l'histoire des structures que l'on peut reconnaître à chaque époque, qui ne changent pas et des ruptures nettes (certains modes de pensée, de gouvernement ou modes de vie disparaissent de l'histoire).
  • Histoire officielle / histoire vécue : l'histoire officielle serait l'histoire écrite faite à partir des grands hommes et des grands événements alors que l'histoire vécue serait subjective, celle de tout un chacun.
  • Le témoin (la trace)/ la preuve : un témoin donne un angle de vue sur un événement ( une partie de la réalité) mais il n'apporte pas de preuve.
  • Progrès / régression
  • Grands hommes / anonymes
  • Contingent / nécessaire : ce qui est contingent peut avoir lei ou ne pas avoir lieu alors que le nécessaire doit arriver. La question est de savoir si l'histoire est contingente ( le fait du hasard) ou si elle est l'expression d'un cours orienté et déterminé.

 

SUJETS POSSIBLES SUR L'HISTOIRE

L'histoire est-elle une science ?

L'homme est-il sujet ou objet de l'histoire ?

L'histoire est-elle nécessaire ?

L'histoire décrit-elle un progrès permanent ?

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac L le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac L

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac L

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?