Fiche de révision : L'interprétation - Philosophie - Terminale L

Fiche de révision : L'interprétation - Philosophie - Terminale L

L'interprétation est le troisième chapitre abordé dans le thème "La raison et le réel" du programme de Philosophie de Terminale L. Notre professeur a rédigé pour vous cette fiche de révision sur l'interprétation.

Dans cette fiche résumée sur l'interprétation, vous verrez tout d'abord quelques notions essentielles avant de vous intéresser aux auteurs à connaître, tels que Bacon, Aristote, Spinoza, Freud, ou encore Ricoueur. Vous verrez ensuite quelques citations philosophiques sur l'interprétation, ainsi que des thèmes qui pourront vous servir à rédiger une problématique sur l'interprétation. Enfin, notre professeur de philosophie a sélectionné pour vous 4 sujets sur l'interprétation, un bon moyen pour vous entraîner à l'épreuve de Philosophie !

Téléchargez gratuitement cette fiche de révision sur l'interpréatation ci-dessous !

Fiche de révision : L'interprétation - Philosophie - Terminale L

Le contenu du document

 

NOTIONS A MAITRISER

La condition de possibilité de l'interprétation, c'est qu'il y ait plusieurs sens possibles. On ne peut donc pas interpréter la vérité : elle est une et la même et n'a qu'un sens (= univoque). Il n'y a donc pas de sens concurrents. L'interprétation intervient dans tous les domaines humains où l'on ne peut pas statuer avec certitude sur le sens qui se dégage. Elle agit donc là où la démonstration est inutile. 

On ne démontre pas une œuvre d'art ni un comportement humain, on tente plutôt d'en saisir le sens à partir d'un certain nombre d'éléments significatifs retenus. L'interprétation n'est pas une simple traduction dont l'objectif est de rester fidèle stricto sensu au contenu sémantique, même s'il arrive que la traduction soit obligée d'interpréter ce que l'auteur a voulu dire quand il n'y a pas d'équivalent entre les deux langages. 

Ex : Traduire un livre, demande de trouver des équivalents dans une autre langue et non d'interpréter ce qu'a dit l'auteur (encore que !).

L'interprétation s'intéresse à un contenu sémantique, c'est-à-dire à quelque chose qui fait sens mais dont le sens peut être multiple (= plurivoque). Dans l'interprétation, il n'y a pas compréhension immédiate, évidente mais il y a reconstitution d'un sens originaire qui donne lieu à un deuxième sens, résultat de l'interprétation justement. La subjectivité de celui qui interprète va donc jouer dans le choix d'une voie d'interprétation plutôt qu'une autre. Est-ce que, pour autant, l'interprétation est toujours arbitraire et relative à celui qui la choisit ? Toutes les interprétations se valent-elles ? 

Dans le processus d'interprétation, il y a deux risques majeurs de travestir totalement le sens initial : l'excès ou le défaut. Une interprétation déflationniste considérera le sens en-dessous de ce qu'il voulait exprimer et en manquera une grande partie. L'interprétation inflationniste verra plus dans le symbole que la signification de départ. On peut donc trahir l'esprit d'une œuvre, si on l'interprète de ces deux façons. Pour éviter ce type d'écueil, il faut rester fidèle aux éléments qui permettent de forger le sens : les mots, les notes, les indications, les renvois et, en même temps, garder une distance suffisante pour considérer le tout (et non les seules parties qui ne font pas sens en elle-même).

L'interprétation n'est pas un décodage rigoureux et scientifique de chaque élément du contenu symbolique à interpréter, c'est une considération synoptique de ce qui ressort d'un contenu sémantique donné. 

Exemple : le musicien n'interprète pas une suite de notes, il tente plutôt de retrouver l'esprit du morceau de musique qu'il joue.

Pourtant, plusieurs bonnes interprétations peuvent entrer en concurrence car l'interprétation est aussi l'appropriation d'un contenu sémantique à partir d'une subjectivité. Cette dernière peut se mêler au sens retrouvé et colorer singulièrement la manière d'appréhender un contenu : c'est une forme de style.  Il y a un biais d'interprétation, le côté par lequel on choisit de pénétrer le sens d'une chose puisque cette dernière n'est pas entièrement saisissable d'un seul mouvement.

L'interprétation d'un contenu sémantique s'appelle l'herméneutique. Lorsque cette interprétation s'intéresse aux textes sacrés, on l'appelle exégèse. Une fois l'interprétation réalisée, elle peut être défendue, expliquée en se fondant sur des éléments objectifs mais sans jamais pouvoir être prouvée ou définie comme vraie.

 

LES AUTEURS A CONNAITRE

Aristote, De l'interprétation

Pour le philosophe, le son de la voix qui produit une signification ( je reconnais quelque chose) est déjà une interprétation car il symbolise le monde par des images des choses. Par ex, le son qui produit le mot « table » permet de symboliser dans le langage ce qu'est une table dans le réel avant que je n'ai pu la nommer. La signification du discours est conventionnelle, ce qui veut dire que l'on a choisi d'appeler l'objet à quatre pieds où est servi le repas, une table. On aurait pu l'appeler autrement. On a donc déjà interpréter le réel.

 

Bacon, Novum organum

Le problème de la science selon Bacon a été d'anticiper la nature, c'est-à-dire de projeter nos préjugés dessus avant d'en définir les lois. La nouvelle science doit aller puiser dans l'expérience elle-même les règles de fonctionnement de la nature et plutôt que de lui plaquer dessus des idées préconçues et fausses, l'interpréter patiemment en la regardant évoluer. Cette interprétation pourra donner lieu à un corpus de connaissances capable d' évoluer au fur et à mesure de l'amélioration des outils d'observation.

 

Spinoza, Traité théologico-politique

Pour Spinoza, l'interprétation des Ecritures ( des textes sacrés) doit se faire sur le modèle de l'interprétation de la nature. Il faut analyser le texte lui-même, s'intéresser à ce qu'il dit et se débarrasser de tout ce qui a été surajouté par les théologiens. Il y a donc une démarche rationnelle et historique possible avec les Ecritures, une exégèse rationnelle qui s'appuie sur des éléments objectifs mais n'épuise pas la diversité des sens possible.  

 

Freud, L'interprétation des rêves

Le rêve est une des manifestations de l'inconscient. Il peut nous apprendre quelque chose sur notre vie psychique cachée si l'on sait le décoder. Selon Freud, il faut éviter une erreur spontanée : celle de considérer le contenu manifeste du rêve, ce qu'il dit de manière claire, comme le contenu à interpréter. Si je dois passer un examen bientôt, il est possible que je rêve de cet examen et je le mêle au repas que j'ai mangé à midi. Le contenu est alors sans queue ni tête. Ce qui est interprétable, ce n'est pas ce contenu manifeste mais plutôt un contenu tacite, moins évident qui demandera des qualités d'interprète. Ce contenu tacite est constitué par les pensées du rêve qui sont transcrites dans un contenu qui semble souvent insensé. Il faut les décrypter et retrouver le rébus du rêve et non voir le rêve comme un dessin (qui ne ressemble à rien du coup).

 

Ricoueur, De l'interprétation

Il y a toujours un écart entre ce qui est dit et ce qu'on souhaite dire. C'est dans cet écart que peut se loger l'interprétation. L'interprétation est la production d'un sens à partir d'un contenu qui avait un sens de départ qu'on n'a pas forcément retrouvé. L'interprétation s'exerce sur des symboles  c'est-à-dire des expressions qui ont deux ou plusieurs sens et dont le sens est lié au travail d'interprétation justement. Le travail d'interprétation permet de mettre en évidence la possibilité de ces multiples sens.

 

CITATIONS PHILOSOPHIQUES SUR L'INTERPRETATION

Aristote, Sur l'interprétation

« Tout discours a une signification, non pas comme un instrument naturel, mais par convention. » Cette signification est déjà une interprétation du réel.

 

Bacon, Novum Organum

« Toute interprétation plus vraie de la nature s'obtient à l'aide d'instances d'expériences convenables et appropriées. Là, les sens jugent de l'expérience seule ; l'expérience, de la nature et de la chose même. »

L'interprétation se fait sur les résultats de l'expérience, elle doit être au plus près des contenus de cette expérience et utiliser une induction vraie.

 

Spinoza, Traité théologico-politique

« Pour interpréter l'Ecriture, il est nécessaire d'en acquérir une exacte connaissance historique et une fois en possession de cette connaissance, on peut en conclure par voie de légitime conséquence la pensée des auteurs de l'Ecriture. »

 

Freud, De l'interprétation des rêves

« Le contenu du rêve nous est donné sous forme de hiéroglyphes, dont les signes doivent être successivement traduits dans la langue des pensées du rêve. »

 

Gadamer,  Vérité et méthode

Parlant de l'interprétation : « La compréhension doit être entendue comme une partie de l'avénement du sens, grâce auquel le sens de toutes les énonciations se forme et s'accomplit ».

 

Ricoeur, De l'interprétation

« L'interprétation se réfère à une structure intentionnelle de second degré qui suppose qu'un premier sens est constitué où ce quelque chose renvoie à autre chose qui n'est visé que par lui. »

 

NOTIONS QUI PEUVENT SERVIR A CONSTRUIRE LES PROBLEMATIQUES SUR L'INTERPRETATION

Compréhension / explication

Traduire / interpréter

Plurivoque / univoque

Relatif / absolu

Subjectivité / objectivité

Signification / loi

Preuve partielle / preuve absolue ( ou apodictique)

Lettre / esprit

Interprétation / démonstration

 

SUJETS POSSIBLES SUR L'INTERPRETATION

L'interprétation n'est-elle qu'une traduction ?

Interpréter est-ce comprendre ?

Interpréter est-ce connaître ?

Interprète-t-on à défaut de pouvoir démontrer ?

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac L le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac L

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac L

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?