Hypokhâgne et Khâgne: qu'est-ce que c'est ?

Hypokhâgne et Khâgne: qu'est-ce que c'est ?

18 août 2018 | digiSchool Bac L | 0 avis

Hypokhâgne et Khâgne: qu'est-ce que c'est ?

Vous entendez souvent parler de Khâgne et Hypokhâgne, mais vous ne savez pas ce que c’est exactement ? C’est parti pour une présentation globale de ces deux termes qui font partie du vocabulaire des classes préparatoires. On vous donnera aussi quelques notions afin de comprendre ce monde étrange qu’est la prépa…

Hypokhâgne et Khâgne : deux mots bien mystérieux

L’Hypokhâgne et la Khâgne sont deux noms pour désigner les classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) littéraires. Ou, plus simplement : une prépa littéraire ! Il faut tout d’abord savoir que l’Hypokhâgne est la première année de prépa (“hypo” signifie “en-dessous”, en grec). La Khâgne est donc la seconde année.

D’où vient le terme de Khâgne ? L’origine du mot remonte au XIXème siècle. A l’époque, les étudiants qui préparaient la grande école militaire Saint-Cyr se moquaient de ceux qui avaient préféré les études littéraires. Ils les appelaient les “cagneux” (ce qui signifie avoir les genoux rentrés en-dedans) parce qu’ils passaient la journée le nez plongé dans leurs livres. Plutôt que de s’en offusquer, les étudiants en lettres ont décidé de prendre leur surnom avec humour, en lui rajoutant un k et un h pour donner au mot l’apparence d’un vieux terme de grec ancien. Malins !

Ceux qui sont en Hypokhâgne sont donc appelés les Hypokhâgneux, ceux qui sont en Khâgne sont appelés les Khârrés. Ceux qui redoublent la Khâgne (c’est possible, pour préparer le concours de l’ENS) sont appelés des Khûbes ! Et voilà, vous maîtrisez à présent le vocabulaire un peu bizarre des prépas littéraires.

Le profil type d’un candidat aux prépas littéraires

Pour entrer en classe préparatoire, il faut avoir un bulletin de notes qui inspire confiance aux professeurs. Avoir des notes excellentes n’est pas une condition indispensable pour intégrer Hypokhâgne - même si c’est un plus. Ce qui est valorisé, c’est un bulletin homogène, où l’on peut voir que vous travaillez dans toutes les matières. Et, surtout, de bonnes appréciations de la part de vos professeurs de lycée ! Il faut que les professeurs d’Hypokhâgne sentent que vous êtes un élève investi, motivé et travailleur.

Ce qui compte en prépa, et surtout en Khâgne, c’est de travailler et de faire progresser vos résultats. Tous les élèves de prépa littéraire commencent leur année avec de mauvaises notes, qui ne font que s’améliorer à force de travail. Peut-être même finirez-vous dans les premiers de votre promo et, si vous le tentez, admis à l’ENS ? Pour cela, il faudra travailler à fond, et faire beaucoup de recherches personnelles.

Il faut aussi savoir travailler en équipe car la prépa reste un monde solidaire, où le groupe est important. Il y a un vrai poids historique qui pèse sur Khâgne et Hypokhâgne, et une certain crainte de la part des étudiants. C’est pourquoi la solidarité entre les élèves est une vraie force pour réussir ces deux années !

Donne ton avis !

Vous devez être membre de digiSchool bac L

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?