Programme de Philosophie - Terminale L

Programme de Philosophie - Terminale L

7 mars 2019 | digiSchool Bac L | 0 avis

Programme de Philosophie - Terminale L

À raison de 8h par semaine, la philosophie est pratiquement la matière principale des séries L en terminale. Cette matière vous demandera une réelle implication et un goût très prononcé pour la réflexion et la culture générale.  Cette matière vous permettra de vous interroger sur les théories philosophiques les plus connues, tout en ayant le temps d’approfondir le programme.

Avec 8h de philosophie par semaine, forcément, le programme ne peut être que dense ! Vous aborderez donc toutes les notions principales de philosophie en passant par le travail de différents philosophes ayant tous des points de vue très différents, de quoi vous faire tourner les méninges ! Un programme très dense donc, sans compter que vous serez dans l’obligation d’étudier au moins deux œuvres philosophiques dans l’année.

Le programme de philosophie est donc découpé en 5 grandes thématiques. Chaque thématique est divisée en plusieurs notions et concepts.

Le Sujet - Programme au Bac L

C’est généralement le premier thème abordé car c’est également celui qui couvre le plus de notions tout en restant transversale avec les autres thématiques.

La conscience :

Ce cours sur la conscience est généralement le premier chapitre ouvrant le cours de philosophie. Propre de l’homo sapiens sapiens, l’homme qui sait qu’il sait, la conscienceest aussi ce qui nous distingue magistralement de l’animal, qui n’a pas, lui, de conscience intellectuelle de lui-même mais seulement une conscience sensorielle.

L’inconscience :

Dans ce cours sur l’inconscient, il s’agit de discerner les trois grandes catégories d’inconscient que l’on a tendance à oublier en ne retenant que l’inconscient psychique, propre à la psychanalyse. Outre cet inconscient psychique, il existe en effet un inconscient cognitif, ce qui dans nos connaissances n’est pas conscient, comme les petites perceptions. On retrouve également un inconscient collectif, celui de la collectivité qui influence l’individu à agir de telle ou telle manière sans que ce dernier n’en ait conscience.

La perception :

Ce cours sur la perception va définir ce qu’elle est, nous verrons notamment qu’elle n’est ni une simple sensation, ni un travail de l’esprit, mais un entre-deux. C’est une sorte de sensation mais déjà organisée, affutée par l’esprit. La perception donc ne nous met pas en rapport direct avec le monde, les sens sont déjà filtrés, quelque chose interprète déjà le donné auquel ils nous donnent accès.

Autrui :

Ce cours sur autrui a pour objectif de montrer en quoi, celui qui est censé être autre que moi, différent, parfois étranger, ne l’est pas toujours. D’où la double distinction d’autrui comme alter ego, mon semblable, mon autre moi, mon prochain, et comme alter alter, radicalement autre que moi, étranger, lointain.

Le désir :

Dans ce cours sur le désir, il va s’agir de dresser les contours d’une question tout à fait existentielle. D’abord en le départageant du strict besoin animal, dont il est l’inverse absolu puisque lui est doté de conscience contrairement au besoin, mû par l’instinct. Ensuite, en se posant deux grandes questions : le désir, peut-on le maîtriser ? Et est-il bon ou mauvais ? Enfin, nous verrons quels sont les différents types de désir auxquels on a affaire.

L’existence et le temps :

Ce cours sur l’existence et le temps a pour but de montrer leur intime corrélation, l’un ne pouvant pas se penser sans l’autre. Ainsi, dans une première partie, consacrée à ce qu’est le temps dans l’existence, nous verrons que ce dernier ne peut se comprendre en dehors de son ancrage empirique. De même, dans une seconde partie, consacrée à l’inverse à ce qu’est l’existence dans le temps, seront appréhendés les limites de l’existence humaine, sa finitude, sa mortalité, et les deux attitudes qui en découlent.

La culture - Programme au Bac L

Le langage :

Ce cours sur le langage a pour objectif d’inculquer les bases de la linguistique tout d’abord, afin de bien connaître les fondements de notre parler. Puis il approfondira les choses d’un point de vue plus philosophique, en problématisant la notion de langage autour de deux grandes questions.

L’art :

Dans ce cours sur l’art, il va s’agir de dessiner les contours de cette notion fondamentale en évitant le plus possible l’abstraction. De grandes questions seront ainsi abordées : le rapport de l’art et du beau, celui de l’art et de la technique, la question de la spécificité de l’artiste, de l’universalité ou non du jugement de goût et le détachement de l’idéal classique vers l’avènement de l’esthétisme qui fait changer l’art de finalité et de nature.

Le travail et la technique :

Dans ce cours sur le travail et la technique, il est question de considérer le rapport entre les deux et non de les penser à l’écart l’un de l’autre. Nous verrons que le travail suppose la technique pour se faire et faciliter la tâche à l’homme, mais qu’avec les progrès techniques actuels et la technicisation de la société, les choses semblent se retourner et l’homme s’asservir petit à petit à une technique qui le dépasse.

La religion :

Dans ce cours sur la religion, vous ferez la rencontre de plusieurs philosophes aux avis très distincts : Saint-Augustin et Pascal, adhérents à des courants de religionsRousseau et Hume, cultivant des principes religieux tout en se distinguant des institutions principales ; et Lucrèce et Nietzsche, très critiques à l’égard de la religion.

L’histoire :

Dans ce cours sur l’histoire, il va s’agir tout d’abord de distinguer la grande histoire,  successions des faits et événements historiques menés ou non par les grands hommes, de la petite histoire, le récit, la narration de ces événements par l’étude de l’historien. Mais il va surtout s’agir de se demander si l’histoire a un sens, et, le cas échéant, quel est ce sens ?

La raison et le réel - Programme au Bac L

La théorie et l’expérience :

Dans ce cours sur la théorie et l’expérience, on verra qu’on oppose souvent le savoir théorique considéré comme une abstraction à l‘expérience supposée concrète. Mais quelles définitions pouvons-nous vraiment appliquer à ces deux notions ? Sont-elles dépendantes l’une de l’autre ou nécessairement opposables ?

La démonstration :

Dans ce cours sur la démonstration, il va s’agir de voir que la démonstration n’est pas qu’une affaire de théorie et d’épistémologie bien lointaine de la réalité.

L’interprétation :

Dans ce cours sur l’interprétation, il s’agit de penser les tenants et aboutissants de cette notion. À quel domaine appartient-elle ? Notamment au champ épistémologique, et elle a trait à la connaissance. Elle apparaît même comme antagoniste à la connaissance pure et dure. Vouée à la subjectivité, à la labilité, à la contingence, l’interprétation n’aurait pas les bases fixes d’un savoir bien-fondé.

Le vivant :

Dans ce cours sur le vivant, nous verrons les théories empiriques du vivant, celles, matérialistesdarwinistes, qui le pensent de manière organique avant tout. Puis le versant antagoniste, le spiritualisme, pour lequel le vivant n’est vivant que parce qu’un esprit (âme ou dieu) l’anime. Enfin, nous verrons comment dépasser ce dualisme matérialisme/spiritualisme avec la médecine expérimentale de Claude Bernard ou encore la volonté de puissance de Nietzsche.

La matière et l’esprit :

Dans ce cours sur la matière et l’esprit, il s’agira de voir si ces deux notions sont deux réalités indissociables ou au contraire bien distinctes l’une de l’autre.

La vérité :

Dans ce cours sur la vérité, il va s’agir de penser la dualité de cette notion. Nous allonsdéfinir et voir les tenants et aboutissants de la vérité au sens épistémologique et d’interroger son critère premier d’universalité (une vérité vraie serait valable pour tous).

La politique - Programme au Bac L

La société :

Dans ce cours sur la société, il s’agit de penser cette notion selon son origine : pourquoi les hommes se regroupent-ils en société ? Est-ce naturel pour eux de s’associer ainsi, sont-ils des animaux politiques en ce sens ? Mais il s’agira aussi d’avoir un point de vue historique sur la question : les sociétés ont évolué, le regard sur le monde et notre rapport aux autres ayant changé.

La justice et le droit :

Dans ce cours sur la justice et le droit, il va s’agir de comprendre les rapports entre ces deux notions, qui ont l’air très évidents de prime abord mais qui ne le sont nullement. Dans un premier temps nous verrons ainsi en quoi le droit, par la légalité, sert à promulguer une certaine norme de justice inexistante dans la nature et le domaine des instincts et pulsions. Dans un second temps, nous réaliserons que le droit ne suffit pas pour être juste, il faut notamment dépasser ses failles que sont la généralité et l’abstraction.

L’Etat :

Dans ce cours sur l’Etat, on verra que l’Etat est ce que l’on peut considérer comme étant soit l’autorité soit la protection ou même l’espace qui uni les différents membres d’une société. Ce terme existe également depuis l’antiquité et a aussi fortement évolué en signification et en symbolique à travers le temps.

La morale - Programme de Philosophie au Bac L

La liberté :

Dans ce cours sur la liberté, nous allons voir l’ambivalence de cette notion, qui se situe entre l’idéal et l’illusion et entre la réalité et l’empêchement.

Le devoir :

Dans ce cours sur le devoir, il s’agira de définir cette notion et de mettre en avant son lien avec sa conscience morale. Nous nous pencherons également sur les raisons et les sources de l’accomplissement du devoir. Enfin nous verrons le lien qui existe entre droit et devoir.

Le bonheur :

Ce cours sur le bonheur donne différentes définitions de ce thème, souvent mal compris si l’on ne se penche pas assez profondément dans ce concept, et le différencient notamment de ses faux synonymes que sont la joie ou le plaisir.

Donne ton avis !

Vous devez être membre de digiSchool bac L

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?